Croisières et Voyages
Les paquebots Black Watch et Boudicca seraient transformés en hôtels flottants

Actualité

Les paquebots Black Watch et Boudicca seraient transformés en hôtels flottants

Croisières et Voyages

L’armateur britannique Fred Olsen Cruise Lines a annoncé que ses deux plus vieux paquebots avaient été vendus. Malgré leur âge très avancé, les Black Watch et Boudicca, qui ont plus de 45 ans, ne termineraient pas à la casse, mais seraient selon la compagnie convertis en hôtels flottants, le nom du repreneur n'ayant pas encore été annoncé. Un devenir qu’il conviendra cependant de confirmer, le contexte actuel ne se prêtant pas vraiment à ce genre d’investissement, surtout si la crise sanitaire et son impact sur le tourisme perdure. Par ailleurs, les précédentes expériences de conversions de paquebots en hôtels flottants ont souvent été compliquées, un certain nombre de projets étant finalement abandonnés. Quoiqu’il en soit, ces deux navires aux belles lignes traditionnelles ont donc une chance de ne pas terminer rapidement sous les chalumeaux des ferrailleurs, contrairement à certaines de leurs homologues dans le cadre de plans de rationalisation des flottes des armateurs pour faire face à la crise.  

 

Le Black Watch (© FABIEN MONTREUIL)

Le Black Watch (© FABIEN MONTREUIL)

 

Sortis des chantiers finlandais d’Helsinki en 1972 et 1973, les Black Watch (205 mètres, 28.600 GT, 758 passagers) et Boudicca (207 mètres, 28.400 GT, 853 passagers) sont remplacés chez Fred Olsen par les Rotterdam et Amsterdam, rachetés à Holland America Line. Entrés en service en 1997 et 2000, ces paquebots de 238 mètres, 61.800 GT de jauge et d’une capacité de 1400 passagers ont été livrés en septembre à leur nouvel opérateur. Ils sont été rebaptisés Bolette et Borealis.

Fred Olsen continuera par ailleurs d’exploiter le Balmoral (218 mètres, 43.500 GT, 1325 passagers) et le Braemer (196 mètres, 24.300 GT, 920 passagers), respectivement sortis en 1988 et 1993 du chantier allemand Meyer Werft (Papenburg) et de l’espagnol Union Naval de Levante (Valence). 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.