Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Les patrouilleurs Athos et Aramis se préparent à quitter Bayonne

Défense

Une vingtaine d’anciens pachas des patrouilleurs de surveillance des sites (PPS) Athos et Aramis se sont retrouvés le 5 juin pour une dernière « sortie des commandants » à bord des deux bâtiments de la Marine nationale. Dans le cadre de la fermeture de la base navale de l’Adour, cet été, l’Athos et l’Aramis vont en effet être transférés à la Gendarmerie maritime et quitter définitivement le Pays-Basque.

Les lieutenants de vaisseau Clémence Raphat et Arnaud Voiry, actuels commandants de l’Aramis et l’Athos, ont donc emmené leurs aînés vendredi pour une dernière sortie en « famille ». Plusieurs générations se sont ainsi côtoyées,  récents commandants et officiers plus anciens aujourd’hui « reconvertis ». Il y avait aussi le vice-amiral Frédéric Jubelin, chef d’état-major de la Force d’Action Navale, qui fut dans ses jeunes années de marine à la tête d’un « mousquetaire ».

 

Sortie des anciens commandants (© MARINE NATIONALE)

Sortie des anciens commandants (© MARINE NATIONALE)

 

L’Athos et l’Aramis ont navigué de concert, avec un salut symbolique entre les deux patrouilleurs, qui ont tiré leur révérence face au rocher de la Vierge à Biarritz puis devant la plage de la Chambre d’Amour à Anglet, le tout à vive allure.

Pour mémoire, les PPS ont été livrés en 1980 et 1981 par les chantiers cannois de l’Estérel. Acquis par la Direction Générale de l’Armement (DGA) pour surveiller et blanchir la zone de tir du Centre d’Essais de lancement de missiles (CELM) de Biscarosse (aujourd’hui DGA Essais de missiles), ces patrouilleurs de 32 mètres se caractérisent par leur rapidité et leur capacité d’accélération.

 

Les premières années (© B. BONNEAU et MARINE NATIONALE)

Les premières années (© B. BONNEAU et MARINE NATIONALE)

 

Basés initialement à La Pallice, ces unités, armées par la Marine nationale, ont ensuite rejoint la base navale de l’Adour,  construite spécialement en 1983 pour rapprocher ces moyens du centre de la DGA. L’Athos et l’Aramis ont alors constitué la Division des Vedettes de l’Adour, alors commandée par un capitaine de corvette ou lieutenant de vaisseau qui avait deux enseignes comme adjoints. L’officier en second prenait le commandement à la mer de l’Aramis et l’officier en troisième celui de l’Athos. La première année, lorsque les unités étaient encore à La Pallice et l’activité très intense, un troisième équipage était également paré pour mettre en oeuvre l’un ou l’autre des patrouilleurs.

C’est à la dissolution de la DVA, en 1993, qu’ils ont pris l’appellation de Patrouilleurs de Surveillance des Sites.  Rattachés à la FAN et parrainés depuis 2013 par la ville de Saint Martin-Sainte Catherine, dans la Creuse, leur carrière va donc désormais se poursuivre au sein de la Gendarmerie maritime.

 

L'Athos à Cherbourg (© MARINE NATIONALE)

L'Athos à Cherbourg (© MARINE NATIONALE)

 

La DGA, qui a décidé d’externaliser leurs missions, les utilisera jusqu’à la fin du mois. Puis ce sera le grand départ vers Cherbourg, où ils devraient arriver à partir du 6 juillet. Au sein de la Gendarmerie maritime, ils remplaceront sur le secteur Manche/mer du Nord le patrouilleur Glaive, en fin de vie, et le Géranium, réaffecté à Lorient. 

Marine nationale