Vie Portuaire
Les perturbations se poursuivent dans les ports français

Actualité

Les perturbations se poursuivent dans les ports français

Vie Portuaire

Le bras de fer continue entre la Fédération Nationale des Ports et Docks CGT et le gouvernement sur la question des départs anticipés à la retraite pour cause de pénibilité. Accusant l'Etat de revenir sur un projet d'accord avec le patronat datant du 27 octobre et accepté en novembre par le directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Ecologique et des Transports, la FNPD a appelé à de nouvelles actions. Les agents des Grands Ports Maritimes de Marseille, Le Havre, Dunkerque, Nantes Saint-Nazaire, Rouen, Bordeaux et La Rochelle sont appelés à cesser le travail les 22 et 24 janvier, alors que les dockers de ces mêmes ports sont appelés à la grève les 21 et 23 janvier. Cela signifie donc que la manutention ne sera pas assurée sur de nombreux terminaux durant quatre jours, sans compter l'impact d'autres actions, comme la suppression de shifts de nuit et des heures supplémentaires. « Nous espérons, dans l'intérêt, des usagers et des travailleurs que le gouvernement va nous permettre dans les plus brefs délais de finaliser avec les employeurs les engagements actés lors de la réunion du 27 octobre », indique la FNPD CGT.
Les professionnels, de leur côté, se disent très inquiets des conséquences de ce nouveau mouvement social. « Peu importe de savoir si la position des uns ou des autres est légitime, l'heure est aujourd'hui aux constats : Les entreprises de la filière portuaire et leurs clients sont aujourd'hui affaiblis, usés, lassés par les mouvements sociaux récurrents qui détruisent leurs activités et dont ils sont les otages impuissants. La grève n'est pas une réponse moderne et adaptée aux défis que nous devons relever, car elle ne fait finalement que le jeu de nos concurrents et fragilisent nos entreprises. Les clients armateurs ou chargeurs, n'ayant pas d'autre issue, font le choix d'éviter les ports français, et malheureusement certains de façon définitive », affirme l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos, qui exhorte l'Etat et les partenaires sociaux à se remettre à la table des négociations et trouver au plus vite une issue au conflit.

Divers Ports