Marine Marchande
Les petits armements redoutent la fin des Conférences maritimes

Actualité

Les petits armements redoutent la fin des Conférences maritimes

Marine Marchande

C'est en octobre prochain que les Conférences maritimes devront disparaître. En décembre 2005, la Commission européenne avait, en effet, décidé de mettre fin, d'ici 2009, à l'exemption des règles de concurrence dont le secteur maritime bénéficiait depuis 1986. Au travers des Conférences maritimes, les compagnies avaient adopté des tarifs de fret uniformes. Au nom du maintien du leadership des armements européens dans le secteur du transport maritime, les groupes maritimes réclamaient le maintien des conférences ou, au moins, la possibilité de se réunir au sein d'une association. « Le lobby des chargeurs est très puissant. Il a accusé ce mécanisme de tous les maux et a eu satisfaction. Nous, nous le vivions comme une manière d'aborder collectivement des sujets, par exemple répondre à la demande des communautés portuaires pour connaître le prix des débarquements. Les règles du jeu étaient bien établies », affirme Raymond Vidil, président de Marfret. La compagnie phocéenne, qui fait figure de petit poucet face aux géants du secteur, comme CMA CGM, s'inquiète des conséquences de la disparition des conférences. « C'est un très mauvais calcul des chargeurs qui verront un phénomène de concentration remplacer un système de conférences. Nous avons, clairement, un risque de disparition des petits armements ». A six mois de la fin du système, les armateurs regrettent, par ailleurs, un manque d'information sur ce qu'ils auront le droit de faire, ou non, entre eux. « Les armateurs doivent savoir ce qu'ils auront le droit d'échanger comme informations sur le marché mais, pour le moment, cela prend beaucoup de temps », déplore Raymond Vidil.