Défense
Les plongeurs-démineurs de l’Atlantique s’installent dans leur nouveau bâtiment
ABONNÉS

Actualité

Les plongeurs-démineurs de l’Atlantique s’installent dans leur nouveau bâtiment

Défense

Dans la base navale de Brest, le transfert du Groupe des plongeurs-démineurs de l’Atlantique vers de nouveaux locaux est désormais achevé. Auparavant installée dans l’ancienne base-sous-marine allemande, cette unité a été transférée dans deux nouveaux bâtiments. Construit à proximité du quai des flottilles, le premier, dit « module humide », est opérationnel depuis 2013 et regroupe les activités de départ et de retour de plongées. Quant au bâtiment principal, il a été officiellement inauguré lundi 20 janvier par le vice-amiral d’escadre Jean-Philippe Rolland, commandant la Force d’Action Navale. Appelée « module sec », cette nouvelle installation, qui s’étend sur 2995 m², comprend quatre zones principales. La plus grande abrite des ateliers et magasins pour le matériel opérationnel (dont les armes) ainsi que des locaux techniques, le tout sur un peu plus de 2000 m². S’y ajoutent une zone vestiaire/sanitaire, des bureaux et locaux santé, ainsi qu’un local technique dédié aux centrales de traitement d’air. Un beau bâtiment donc, qui bénéficie du label Haute qualité environnementale (HQE).

 

Le nouveau bâtiment du GPD, dit Module sec (© MARINE NATIONALE)

Le nouveau bâtiment du GPD, dit Module sec (© MARINE NATIONALE)

Drone sous-marin employé par le GPD Atlantique dans son nouveau bâtiment (© MICHEL FLOCH)

Drone sous-marin employé par le GPD Atlantique dans son nouveau bâtiment (© MICHEL FLOCH)

 

 

Equipement et matériel de déminage employé par le GPD Atlantique (© MICHEL FLOCH)

Equipement et matériel de déminage employé par le GPD Atlantique (© MICHEL FLOCH)

 

La Marine nationale compte un groupe de plongeurs-démineurs sur chaque grande façade métropolitaine. Ils sont basés à Cherbourg pour la zone Manche et mer du Nord, à Brest pour l’Atlantique et à Toulon pour la Méditerranée. Les GPD sont rattachés à la FAN.

Ces militaires, qui interviennent dans des situations souvent complexes et périlleuses, sont spécialement formés pour rechercher et localiser les mines ou engins explosifs immergés ou dissimulés sous le sol, puis les neutraliser dans un périmètre de sécurité. Les plongeurs-démineurs conduisent également des missions de retrait d’obstructions sous-marines, ainsi que de travaux subaquatiques (soudure, découpage, déblaiement des accès portuaires…). Ils peuvent aussi être engagés suite à un naufrage. Les GPD ont un large socle commun de compétences mais chacun a développé des expertises particulières. Le groupe Atlantique s’est ainsi spécialisé dans les travaux en eaux polluées et la récupération des mines inconnues, celui de la Manche et de la mer du Nord dans l’intervention sur les munitions spéciales et la lutte contre le terrorisme maritime, et celui de la Méditerranée dans les travaux sous-marins, dont ceux nécessaires à la préparation des débarquements.

Alors que la marine française est reconnue au plan international pour son savoir-faire en matière de guerre des mines, les plongeurs-démineurs sont notamment embarqués sur les chasseurs de mines tripartites (CMT), les bâtiments bases de plongeurs-démineurs (BBPD) ainsi que les vedettes de support de plongeurs (VSP).  Ils interviennent aussi depuis la terre. Ces marins contribuent à la sûreté de la flotte, à la sécurisation des accès portuaires ainsi que des grandes routes maritimes et détroits, indispensables au commerce international et stratégiques pour les approvisionnements du pays. Ce sont également eux qui interviennent tout au long de l’année suite à la découverte de munitions historiques, des milliers de tonnes de bombes, mines et obus datant des deux guerres étant encore présents le long du littoral, en particulier en Manche. Les GPD sont maintenant équipés de robots terrestres et maritimes spécialisés dans le déminage, mais l’intervention humaine demeure souvent incontournable malgré les progrès technologiques.

 

La VSP Liseron 

La VSP Liseron (© MICHEL FLOCH)

 

Le GPD Atlantique compte 48 marins, dont 31 plongeurs-démineurs. Il est commandé depuis août 2018 par le capitaine de corvette Germain Millischer, qui commande également le BBPD Styx. Si les plongeurs-démineurs embarqués sur les chasseurs de mines sont affectés sur ces bâtiments, le Styx n'en compte aucun au plan d'armement, ils sont embarqués seulement pour les missions spécifiques.

 

Le capitaine de corvette Millischer

Le capitaine de corvette Millischer (© MICHEL FLOCH)

Le BBPD Styx

Le BBPD Styx (© MICHEL FLOCH)

 

Les moyens nautiques du GPD Atlantique comprennent également les VSP Liseron et Genêt ainsi que de nombreuses embarcations semi-rigides et pneumatiques.

La zone d’intervention du GPD Atlantique va du Mont Saint-Michel à la frontière espagnole. Et il intervient aussi bien en mer que sur le littoral, raison pour laquelle il est aussi équipé de véhicules d'intervention. Depuis le début de l'année le GPD a déjà effectué 40 interventions sur alerte dont deux pendant la cérémonie d'inauguration qui s’est déroulée lundi (une en rade de Brest et l'autre près de Camaret).

 

Marine nationale