Vie Portuaire
Les ports de la façade est-africaine : dynamiques d'intégrations et d'exclusions

Analyse

Les ports de la façade est-africaine : dynamiques d'intégrations et d'exclusions

Vie Portuaire

Développer les grandes infrastructures de transport en Afrique subsaharienne représente un défi pour le continent entier comme pour les investisseurs extérieurs. Les ports des pays en développement de la façade océanique est-africaine, de Port Soudan à Maputo, constituent un espoir majeur pour leurs arrière-pays enclavés et connaissent des fortunes diverses suivant les contextes politiques, géopolitiques et économiques des régions qu'ils desservent. Les stratégies des investisseurs internationaux, occidentaux, arabes et chinois déterminent aussi largement les devenirs des espaces portuaires africains et des corridors sans lesquels ces ports ne pourraient espérer se développer. L'Institut Supérieur d'Economie Maritime (ISEMAR) s'est penché sur ces questions dans sa dernière note de synthèse.

LIRE LA NOTE DE SYNTHESE : L'Italie MARITIME
_______________________________________________

L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pole unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un formidable outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire. Soutenu par la ville de Saint-Nazaire, Nantes Métropole, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire et l'Union maritime locale, L'ISEMAR, s'il reste ancré dans l'estuaire de la Loire, s'adresse à l'ensemble de la communauté maritime nationale et européenne.

- Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR

- Ecoutez l'Interview de Paul Tourret, directeur de l'ISEMAR


Les analyses de l'ISEMAR