Vie Portuaire
Les ports français s'allient pour séduire le marché brésilien

Actualité

Les ports français s'allient pour séduire le marché brésilien

Vie Portuaire

Les ports de Marseille, Le Havre, Dunkerque, Nantes Saint-Nazaire et Rouen ont décidé de s'unir pour promouvoir l'offre des ports français au Brésil. Pour la première fois, les cinq ports autonomes seront regroupés sur un pavillon unique, au salon Intermodal South America, qui se tient à Sao Paulo cette semaine. L'évènement, très important en Amérique latine, a accueilli l'an passé pas moins de 400 exposants et 38.000 visiteurs. Grâce à cette initiative, les ports français souhaitent valoriser l'éventail de l'offre tricolore auprès des professionnels brésiliens et des autorités portuaires locales, mettre en avant leurs complémentarités en terme de marchés et de produits, et renforcer leurs parts de marché vis-à-vis des concurrents européens. Pour les places portuaires nationales, le Brésil, en plein développement, est stratégique. Accords de coopération, rapprochement transatlantiques... La France entretien depuis longtemps des relations très étroites avec ce pays, en provenance duquel elle importe produits forestiers et papetiers, café, vracs agroalimentaires, acier, fruits, viande et autres produits de la mer.

Des liens privilégiés avec le Brésil

A titre d'exemple, les échanges commerciaux entre Le Havre et le Brésil se sont élevés à 658.000 tonnes en 2005. Le Brésil est ainsi le premier partenaire du port du Havre en Amérique Latine avec lequel sont échangés des marchandises diverses (conteneurs et véhicules), mais aussi des vracs solides comme les tourteaux de soja, et des vracs liquides issus de la pétrochimie. Dunkerque entretien également d'importantes relations avec ce géant d'Amérique du sud, notamment au travers d'échanges avec les villes de Corumba et Vitoria. Le port nordiste réceptionne aussi bien les matières agricoles que les produits de la mer. Arcelor Mittal, leader de l'acier au Brésil, est également présent à Dunkerque, où il produit 6.7 millions de tonnes d'acier par an. Rio Doce Manganese Europe (RDME), filiale de CVRD, l'un des plus puissants groupes miniers mondiaux, est aussi implanté à Dunkerque. CVRD exporte annuellement plus de 450.000 tonnes à sa filiale dunkerquoise RDME. Les importations de minerais de fer pour les besoins de la sidérurgie nordeuropéenne représentent plus de 7,5 MT et la part des échanges avec le Brésil représente 15 % du poids total des échanges réalisés par le Port Autonome de Dunkerque. Dans le domaine des biocarburants, le producteur d'alcool Ryssen s'engage à Dunkerque dans la production d'éthanol et investit dans un atelier de déshydratation d'alcool agricole, d'une capacité de 4000 hectolitres/jour. Ryssen va importer de l'éthanol en provenance du Brésil, le traiter pour en tirer un produit incorporable dans un carburant essence/éthanol de type flexfuel.