Défense
Les premières femmes de la sous-marinade française

Rencontre

Les premières femmes de la sous-marinade française

Défense

Elles sont quatre, quatre officiers féminins parmi plus de 100 hommes à avoir achevé fin juin une patrouille de dissuasion de deux mois et demi à bord du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Vigilant. Une première pour les forces sous-marines françaises, dont les équipages étaient, depuis leur création il y a plus de 150 ans, exclusivement masculins.

C’est en 2014, 20 ans après le début de la féminisation de la flotte de surface, que la décision a été prise d’ouvrir aux femmes la coupée des sous-marins, en commençant par un unique bateau et quelques postes d’encadrement, plus faciles à intégrer. Sur la base du volontariat et à l’issue d’une sélection rigoureuse, quatre premiers officiers féminins ont été choisis pour participer à cette expérimentation, conduite au sein de l’équipage Rouge du Vigilant. Avec chacune des profils très différents : Karen, la quarantaine, venant du Charles de Gaulle et prenant les fonctions de chef du service chaufferie du SNLE. Harmonie, 27 ans, est quant à elle devenue adjointe au chef du service sécurité/plongée alors que Camille, 29 ans, a été nommée adjointe au chef du service lutte sous la mer et également chef de quart. Quant à Pauline, 31 ans, elle est maintenant la première femme médecin sur un SNLE français.

 

L'un des quatre SNLE du type Le Triomphant (© MARINE NATIONALE - ALAIN MONOT)

L'un des quatre SNLE du type Le Triomphant (© MARINE NATIONALE - ALAIN MONOT)

 

En cette superbe journée ensoleillée de juillet, Le Vigilant est amarré à l’abri des digues de sa base de l’Ile Longue. Après sa patrouille, le bâtiment est en maintenance en vue de préparer sa prochaine sortie. Elle sera conduite par son second équipage, le Bleu, qui vient de prendre la relève. Fortes de leur première mission au service de la permanence de la dissuasion nucléaire française, Harmonie, Camille et Pauline sont de retour à bord. Rassemblées dans le carré du sous-marin, avec plusieurs autres membres de l’équipage Rouge, elles racontent leur expérience. Seule Karen n’est pas là, retenue dans le cadre du défilé du 14 juillet à Paris, où elle a descendu samedi dernier les Champs Elysées avec d’autres marins du Vigilant.

 

L'enseigne de vaisseau Harmonie

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française