Défense
Les quatre EDAR français admis au service actif

Actualité

Les quatre EDAR français admis au service actif

Défense

Bien que les nouveaux Engins de débarquement amphibie rapide (EDAR) soient déployés depuis 2012 à bord des bâtiments de projection et de commandement de la Marine nationale, leur admission au service actif n’avait pas encore été prononcée. C’est chose faite depuis le 18 avril, suite à la validation au sein de la flottille amphibie de la dernière phase de vérification des capacités militaires de ces unités.

Conçus par CNIM et réalisés par Socarenam à Boulogne-sur-Mer, les EDAR sont des engins de débarquement d’un nouveau genre. Dotés d’une plateforme élévatrice centrale pouvant accueillir une charge de 80 tonnes (troupes, véhicules blindés, fret), ils se comportent en phase de transit comme des catamarans rapides. Pour les phases de débarquement et d’embarquement, la plateforme s’abaisse, les transformant en bateaux à fond plat, capables de s’échouer sur une plage. Longs de 30 mètres pour une largeur de 12 mètres, les EDAR français peuvent atteindre la vitesse de 18 nœuds en charge et 30 nœuds à vide. Pouvant être embarqués à raison de deux exemplaires par BPC, les quatre nouveaux engins livrés à la marine remplacent les chalands de débarquement du type CDIC. Ils sont utilisés en complément des traditionnels chalands de transport de matériel (CTM).

 

 

EDAR (© : MARINE NATIONALE)

EDAR (© : MARINE NATIONALE)

 

EDAR dans le radier d'un BPC (© : MARINE NATIONALE)

EDAR dans le radier d'un BPC (© : MARINE NATIONALE)

 

Un BPC (© : MARINE NATIONALE)

Un BPC (© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale CNIM