Marine Marchande
Les relèves d’équipages ralenties chez LDA

Actualité

Les relèves d’équipages ralenties chez LDA

Article gratuit
Marine Marchande

A l’image de CMA CGM, Louis Dreyfus Armateurs (LDA) se trouve contraint de temporairement augmenter les durées d'embarquement des navigants en raison de l’épidémie de coronavirus. L’armateur, qui n’a pas arrêté ses navires, fait face à des difficultés pour remplacer ses navigants, dans la mesure où il propose, lorsque cela est possible, un isolement de 14 jours à terre dans le port d'embarquement pour les personnes de la relève montante. Cette possibilité reste soumise aux possibilités de circulation restreinte des navigants en raison de la fermeture de nombreuses frontières ou de la réduction drastique des liaisons aériennes.

Câbliers, vraquiers, ou navires de soutien continuent cependant de travailler, même si le coronavirus peut dans certains cas perturber ou complexifier sérieusement les opérations. On pense en particulier aux navires qui accueillent des clients (comme les techniciens d’éoliennes embarqués sur le Wind of Change) dans des pays qui n’appliquent pas tous les mêmes règles de lutte contre le Covid-19. L’Allemagne ne pratique par exemple pas le confinement à ce stade, contrairement à la France, à l’Italie et à l’Espagne.

Enfin, si la production s’arrêtait chez Airbus (elle a été stoppée la semaine dernière pour reprendre ce lundi), cela pourrait affecter la chaîne logistique et donc la flotte exploitée par LDA pour le compte de l’avionneur européen.

 

Louis Dreyfus Armateurs Coronavirus | Toute l'actualité Covid-19 dans le secteur maritime