Vie Portuaire
Les sabliers se regroupent dans l'association Ouest Océan

Actualité

Les sabliers se regroupent dans l'association Ouest Océan

Vie Portuaire

Sabliers Réunis de la Loire (SA.RE.LO), DTM, Les Sablières de l'Atlantique, CETRA, STFMO et les Sabliers de l'Odet... Dix ans après leur reconversion de la Loire vers le large, les six armements exploitant la concession minière du Pilier, à 8 kilomètres de la Pointe Saint-Gildas, ont décidé de se regrouper. « Il s'agit d'une association de promotion. C'est une activité encore très jeune, puisque la concession n'a été attribuée qu'en 1998. Maintenant que l'exploitation est rodée, nous avons besoins de faire connaître notre métier, auprès du grand public, mais aussi des collectivités territoriale », souligne Joël Nogues, des Sablières de l'Atlantique et président de Ouest Océan. Pour le moment, seul le gisement du Pilier est exploité, ce qui permet d'extraire 2,3 millions de m3 de sable par an, approvisionnant tous les ports entre Brest et La Rochelle, à destination, principalement, des entreprises de BTP. Après un temps d'adaptation difficile et une méfiance du secteur du bâtiment, le granulat marin est aujourd'hui adopté : « Dans la région, les entreprises ont été réticentes à abandonner le sable de Loire mais, aujourd'hui, le matériau que nous proposons est reconnu et apprécié. Sa finesse et la régularité de sa courbe permet de faire des produits en béton irréalisables auparavant », souligne Hervé Bernard, des Sabliers Réunis de la Loire (SA.RE.LO)

Respecter l'environnement

Longtemps décriés pour leur incidence sur l'érosion du littoral, les professionnels ont établi, après consultation d'Ifremer, une charte de fonctionnement, et financé plusieurs campagnes hydrographiques, dont la dernière s'est achevée en octobre. Selon Joël Nogues : « Nous savons que le sable de Loire n'alimente que très faiblement le gisement et les études scientifiques nous permettent aujourd'hui d'affirmer que notre activité n'a pas d'impact sur le trait de côte ». Les sablier veulent également renouer le dialogue avec les autres exploitants du milieu marin, à commencer par les pêcheurs, qui voient d'un mauvais oeil l'extension des zones d'extraction et la montée en puissance du secteur : « La conciliation des intérêts n'est pas toujours évidente mais nous discutons désormais avec le Comité national des pêches et je pense sincèrement que nous pouvons avoir un dialogue et une action complémentaire sur le partage du milieu, dont nous n'exploitons qu'une très petite parcelle ». Première et unique concession minière, la concession du Pilier s'étale sur une superficie de 8 km². Accordée pour vingt ans et placée sous l'autorité du ministère de l'Industrie, l'état du gisement est contrôlé régulièrement, au cours d'un bilan quinquennal. Fort du succès de la filière et des études scientifiques menées récemment, Ouest Océan, souhaite l'ouverture d'un second gisement, le Grand Charpentier, au sud de La Baule. Les armements regroupés au sein de l'association opèrent six navires, dont trois très récents, comme l'André L. Cette flotte est armée par 80 marins.
____________________________________________

- Voir les fiches des compagnies

Port de Nantes Saint-Nazaire