Défense
Les SNA du type Rubis continuent d'être modernisés
ABONNÉS

Actualité

Les SNA du type Rubis continuent d'être modernisés

Défense

Si le programme des nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque du type Barracuda est en cours sur le site DCNS de Cherbourg, où les deux premiers bâtiments sont en construction, leurs aînés continuent d'évoluer et bénéficient de différentes modernisations. Les six SNA du type Rubis, mis en service entre 1983 et 1993, doivent en effet naviguer plusieurs années encore, jusqu'à 15 pour le dernier. Car le Suffren, tête de série du programme Barracuda, ne sera livré qu'en 2017 à la Marine nationale, permettant le remplacement du Rubis, le dernier des six nouveaux SNA devant arriver en 2027.

SNA du type Rubis (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
SNA du type Rubis (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Depuis la sortie du Rubis, il y a trente ans, les bâtiments de ce type ont considérablement évolué. D'abord, les quatre premiers SNA de la série (Rubis, 1983 - Saphir - 1984, Casabianca - 1987 et Emeraude - 1988) ont été mis à niveau des deux derniers (Améthyste - 1992 et Perle - 1993) entre 1990 et 1995, les travaux portant notamment sur l'électronique, la discrétion acoustique et l'hydrodynamisme de la coque, qui a adopté les lignes beaucoup plus arrondies et fluides apparues avec l'Améthyste. Mais cette refonte n'a pas été la seule évolution notable, loin s'en faut. « En fait, la modernisation est continue et nous profitons de tous les arrêts techniques pour apporter des améliorations. Par exemple, quand on voit les photos d'archives du CO (central opérations, ndlr) des Rubis, ça n'a plus rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd'hui », explique le commandant d'un SNA.

Dans le PCNO d'un SNA (© : MARINE NATIONALE)
Dans le PCNO d'un SNA (© : MARINE NATIONALE)

SNA du type Rubis (© : MARINE NATIONALE)
SNA du type Rubis (© : MARINE NATIONALE)

Antennes de flanc et mât optronique

Les équipements analogiques d'origine ont, ainsi, fait place au numérique, les sous-marins recevant un nouveau système de combat il y a quelques années, dont les logiciels sont régulièrement mis à niveau. Aujourd'hui, dans les CO, les veilles consoles ont été remplacées par des écrans plats flambant neufs. Alors que de nouveaux senseurs ont fait leur apparition au fil des années, les Rubis ont bénéficié du retour d'expérience des nouveaux sous-marins nucléaires d'engins (SNLE) du type Le Triomphant. A ce titre, ils ont par exemple reçu un nouveau propulseur remplaçant l'hélice d'origine afin d'améliorer le rendement et la discrétion. En plus du sonar d'étrave et de l'antenne linéaire remorquée, les Rubis se voient aussi dotés progressivement d'antennes de flanc, qui offrent une détection panoramique et permettent à une meilleure sensibilité et une précision accrue. L'autre grande amélioration du moment porte sur l'installation d'un mât optronique fourni par Sagem. En plus des différents équipements déjà intégrés dans le massif (périscope de veille, périscope d'attaque, mât de guerre électronique, antennes radio, antenne satellite...), ce mât, non pénétrant, va renforcer les capacités des bâtiments pour la détection avancée de menaces aériennes ou de surface, la sécurité de la navigation ou encore les missions de renseignement. A cet effet, le nouveau mât dispose de différents capteurs, dont un imageur thermique et une caméra couleur haute définition.

SNA du type Rubis (© : MARINE NATIONALE)
SNA du type Rubis (© : MARINE NATIONALE)

Un taux de disponibilité très élevé

Alors que le Rubis fêtera en septembre le 33ème anniversaire de sa mise à flot à Cherbourg, les SNA de ce type présentent actuellement un taux de disponibilité de 80%, et même de 90% si l'on exclut les périodes d'arrêts programmés, ce qui est très élevé. Surtout si on le compare à celui d'il y a 10 ans, qui était tombé à 56% seulement en 2003. Depuis, l'ex-Direction des Constructions Navales, devenue DCNS, a changé de statut et a complètement, avec le Service de soutien de la flotte (SSF), remis à plat le maintien en

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense