Divers
Les sous-marins canadiens en cale sêche

Actualité

Les sous-marins canadiens en cale sêche

Divers

C'est une mauvaise nouvelle pour la marine canadienne. Après l'accident mortel qui a coûté la vie à un marin en octobre dernier, lors du voyage inaugural du Chicoutimi (ex-Upholder), ses trois sister-ships doivent subir de gros travaux. Suite au drame, provoqué par un court circuit, ils avaient été cloués au port pour raison de sécurité. Les quatre sous-marins, acquis auprès de la Grande-Bretagne en 1998, connaissent de nombreuses défaillances. Après la découverte de fissures sur les coques, le Canada va procéder à leur premier gros entretien depuis leur mise en service (entre 1990 et 1993). Il s'agit notamment de revoir l'étanchéité de tout le réseau électrique du bord. Le Victoria (ex-Unseen) avait repris la mer mi-mai avant de retrouver sa base trois semaines plus tard, sa certification de plongée étant périmée. Les travaux, estimés à 23 millions de dollars, dureront un an et demi. L'été prochain, se sera au tour du Windsor (ex-Unicorn) d'entrer en cale sêche. Trois des quatre submersibles canadiens seront alors au bassin et il est peu probable que le dernier (Cornerbrook, ex-Ursula) ne reprenne la mer avant d'avoir été totalement inspecté et remis à niveau.
Construits par les chantiers britannques Cammell Laird et Vickers Barrow, les quatre Upholder n'étaient restés que très peu de temps en service au sein de la Royal Navy. Désarmés en 1994 pour raisons budgétaires, ils ont été loués pour 8 ans, avec possibilité d'achant à la clef. Après travaux, ils ont été transférés aux autorités canadiennes en décembre 2000 (Victoria), juillet 2001 (Windsor), mars 2003 (Cornerbrook) et mars 2004 (Chicoutimi). Ce dernier, gravement avarié par l'incendie, est toujours en réparation.

Un dossier spécial sur "l'affaire" du rachat des sous-marins Upholder sera publié dans Mer & Marine au mois d'août

Sous-marins canadiens et australiens Marine et garde-côtière canadiennes