Défense
Les sous-marins nucléaires américains redéployés dans le Pacifique

Actualité

Les sous-marins nucléaires américains redéployés dans le Pacifique

Défense

Compte tenu de l’évolution de la menace internationale, l’US Navy poursuit le redéploiement de sa flotte stratégique. Après le sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Louisiana au mois d’août, c’est l’USS Maine qui a quitté sa base de Kings Bay (Géorgie) pour rejoindre celle de Kitsap-Bangor (Washnigton). Seuls cinq submersibles resteront sur la façade Atlantique (contre 8 auparavant) alors que la flotte du Pacifique en comptera neuf (contre 6). Pour la marine américaine, le redéploiement de ces unités n’est pas une mince affaire. Pour chaque bâtiment, des deux équipages, des familles et du personnel de soutien représente un millier de personnes à transférer. La Navy ne dispose que d’une classe de SNLE, les Ohio qui comptait à l’origine 18 unités. Ces grands bâtiments de 18.750 tonnes en plongée embarquent 24 missiles balistiques Trident 2 D5 ou Trident 1 C4 (cette version, la plus ancienne, équipe encore deux navires mais sera remplacée).

Refonte de quatre submersibles

Dans le cadre du programme START II de limitation des armements nucléaires, les Etats-Unis se sont engagés à réduire à 1680 le nombre des têtes embarquées à bord de leurs SNLE à l’horizon 2008. Au total, la classe Ohio était armée au total de 3456 têtes nucléaires. Il a donc été décidé de réduire de 8 à 6 le nombre de têtes par missile et de procéder au désarmement de quatre sous-marins. Ces derniers, les Ohio, Michigan, Florida et Georgia sont en cours de refonte. Suite aux conflits du Golfe et du Kosovo, le Pentagone a en effet décidé de les transformer en lanceurs de missiles de croisières et navires pour opérations spéciales. Les 24 missiles balistiques seront remplacés par 154 missiles Tomahawk. Un shelter et un engin sous-marin pour une soixantaine de commandos est également prévu. Les travaux doivent durer jusqu’en 2009 (livraison du premier dans deux ans).

US Navy / USCG