Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Les superstructures de l'ex-frégate Suffren ne seront pas rasées

Défense

L'ex-frégate lance-missiles Suffren, désarmée en 2001, rejoindra telle quelle l'île du Levant, où elle remplacera comme brise-lames l'ancien ravitailleur Saône. Utilisé dans cette fonction depuis 1982, la coque de l'ex-pétrolier a été rapatriée à Toulon la semaine dernière. Avant de rejoindre l'île du Levant, la Saône avait vu ses superstructures démontées, afin d'offrir une prise au vent plus faible. Long de 157 mètres, l'ex-Suffren ne subira pas ce type de travaux, conservant donc son impressionnant radôme, sa haute cheminée et son mât. La Marine nationale ne souhaite, en effet, pas engager de coûteux travaux dans la mesure où l'envoi de la coque à l'île du Levant n'est qu'une solution transitoire. Dans le cadre du plan de démantèlement des navires désarmés, les coques servant de brise-lames doivent, en effet, être remplacées par des ouvrages en « dur ». Ce sera par exemple le cas à Lanvéoc-Poulmic, à Lorient, à Saint-Mandrier mais aussi à l'île du Levant. Pour ce dernier lieu, aucune date n'est encore fixée pour le lancement de l'appel d'offres destiné à réaliser une structure brise-lames. L'ex-Suffren pourrait rester sur place entre 5 et 10 ans, le temps que le chantier soit notifié, puis réalisé.

Marine nationale