Défense
Les surprenantes capacités anti-sous-marines des frégates Horizon

Actualité

Les surprenantes capacités anti-sous-marines des frégates Horizon

Défense

Conçues pour la défense aérienne, les frégates Forbin et Chevalier Paul, du type Horizon, ont bien des cordes à leur arc. En dehors de leurs capacités à neutraliser des attaques d'aéronefs et de missiles, grâce aux performances de leurs senseurs et du système d'armes PAAMS, articulé autour de missiles Aster 15 et Aster 30, on savait ces bâtiments très bien « outillés » pour la lutte antinavire avec leurs nouveaux Exocet MM40 Block3, offrant même une capacité contre buts terrestres grâce au mode GPS. Ce que les marins français n'avaient en revanche pas forcément pris en compte initialement, ce sont les performances anti-sous-marines des frégates. Pour leur autodéfense, celle-ci sont, en effet, dotée d'un système de lutte anti-torpille, avec deux lance-leurres, mais aussi d'importantes capacités de détection. Ainsi, elles disposent d'un sonar d'étrave actif/passif 4110 de Thales, qui équipera aussi les nouvelles frégates multi-missions (FREMM). Et, en plus, elles mettent en oeuvre une antenne linéaire remorquée (également développée par Thales) bardée d'hydrophones et pouvant être immergée à différentes profondeurs pour écouter les bruits rayonnés dans l'océan.

Les Horizon sont dotées d'un sonar d'étrave (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Les Horizon sont dotées d'un sonar d'étrave (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'antenne remorquée  des Horizon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'antenne remorquée des Horizon (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Détection à longue portée et emploi du NH90

Or, ces moyens sonar se sont révélés, durant les essais, exercices et déploiements menés depuis la mise en service des frégates de défense aérienne (FDA), remarquablement performants, y compris pour la détection à grande distance. A la plus grande surprise des marins, qui ont décidé, logiquement, de travailler sur les nouvelles possibilités offertes par cette heureuse découverte. Il est, en effet, relativement aisé de doter les bâtiments de moyens de traitement du signal et de classification, tout en améliorant les capacités de détection. Ainsi, les FDA devraient tester l'embarquement de bouées acoustiques, qui pourront être mises en oeuvre depuis le bord, mais aussi via le nouvel hélicoptère Caïman Marine (NH90) pour lequel les installations aéronautiques des Horizon ont été conçues. Grâce à la mise en service prévue cette année du standard 2 de l'appareil, qui pourra mettre en oeuvre un sonar trempé FLASH, des bouées acoustiques et des torpilles MU90, les Forbin et Chevalier Paul pourraient déployer un système de lutte ASM relativement complet. D'autant que les bâtiments sont dotés de tubes pour le lancement de MU90 et que la soute à torpilles communique directement avec le hangar hélicoptère, permettant ainsi d'armer un Caïman.

Caïman Marine sur le Chevalier Paul (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Caïman Marine sur le Chevalier Paul (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

« FDASM »

Certes, les Horizon n'auront pas les mêmes capacités ASM que les FREMM, qui seront dotées en plus du sonar d'étrave et de l'antenne linéaire d'un sonar remorqué (actif à très basse fréquence) à immersion variable Captas 4229, qui leur confèrera un atout considérable dans la chasse aux sous-marins. Toutefois, aux dires de spécialistes, les moyens pouvant être mis en oeuvre sur les FDA pourraient déjà offrir un excellent moyen de lutte ASM. Ainsi, même si elles évoluent seules ou sans la présence d'une frégate anti-sous-marine (FASM), les Horizon seraient loin d'être dépourvues contre une menace provenant des profondeurs... D'où le nom que certains commencent à leur donner : « FDASM ».
Pour mémoire, les Forbin et Chevalier Paul, réalisées par DCNS à Lorient, ont été admises au service actif en 2010 et 20111. Ces frégates de 153 mètres, basées à Toulon, affichent un déplacement de 7000 tonnes en charge. Elles peuvent mettre en oeuvre 8 Exocet MM40 Block3, 32 Aster 30 et 16 Aster 15 (avec réserve de place pour l'installation de 16 silos supplémentaires), une vingtaine de MU90, deux tourelles de 76mm, ainsi que deux canons de 20mm et des mitrailleuses.

Le Chevalier Paul  (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le Chevalier Paul (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française