Formation et Emploi

Actualité

Les syndicats s’unissent pour soutenir la direction de l’ENSM

Formation et Emploi

C’est un fait rare, qui témoigne sans doute des interrogations profondes régnant actuellement autour de la gouvernance de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime. Une motion commune, déposée par le SNESM-UNSA et la CGT, a été signée à une grande majorité par les employés et les professeurs techniques de l’enseignement maritime sur les quatre sites de l’Ecole. Celle-ci demande « la fin de l'instabilité chronique de la gouvernance de l'école depuis sa création et la poursuite et l’intensification, avec l'actuel directeur général de l’ENSM, du travail entamé en vue de l'amélioration de la qualité de l'enseignement maritime ».

Ce soutien, à la fois inédit et explicite, à François Marendet, actuel directeur de l’ENSM, fait suite au conseil d’administration de l’Ecole qui s’est tenu le 14 octobre dernier. Cette réunion était très attendue après l’annulation des deux derniers conseils d’administration, qui a fait ressurgir les tensions entre les différents membres de la structure de gouvernance. Pour mémoire, le conseil d’administration de l’ENSM regroupe notamment des représentants des élèves, professeurs et employés de l’Ecole, des membres du ministère de tutelle (direction des Affaires Maritimes/ministère de l’Ecologie) et des représentants des armateurs.

Il semblerait que le fossé soit désormais bien creusé entre ces différentes délégations. Les armateurs ont récemment exprimé leurs inquiétudes sur ce qu’ils qualifiaient de « dysfonctionnements » de l’Ecole, ainsi que sur les modalités de mise en œuvre de cursus ingénieur para-maritimes, qui doivent démarrer en 2016. La position de la tutelle n’est pas officiellement connue, mais celle des représentants de l’Ecole est désormais affichée. Ce qui ne devrait pas manquer d’amener des débats houleux dans les prochaines réunions. Pour mémoire, le mandat de François Marendet arrive à échéance en décembre prochain. La procédure d’un éventuel renouvellement de poste prévoit que le ministère de tutelle le propose et qu’il soit ensuite validé par le conseil d’administration

Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM)