Défense
Les travaux ont débuté sur la propulsion de l'Aquitaine

Actualité

Les travaux ont débuté sur la propulsion de l'Aquitaine

Défense

Les travaux sur la tête de série du programme des frégates multi-missions se poursuivent. Alors que l'usinage de la première tôle de la coque a débuté en février à Lorient, l'appareil propulsif de l'Aquitaine est en train de naître à DCNS Propulsion, près de Nantes. L'établissement a déjà produit plusieurs pièces, comme l'arbre réducteur, et étudie actuellement le profil des futures hélices à cinq pales des bâtiments. Le programme doit assurer environ 10% de la charge du site, qui emploie un peu moins de 1000 salariés.
Conçues et réalisées en coopération entre la France et l'Italie, les FREMM sont dotées d'une propulsion hybride. La solution BES.T34 allie la flexibilité de la propulsion électrique à la puissance d'un amplificateur mécanique avec turbine à gaz. Jusqu'à 16 noeuds, la frégate s'appuiera sur deux moteurs électriques de propulsion Jeumont, permettant d'évoluer en silence afin de mener à bien les opérations de lutte anti-sous-marine. Au-delà de cette allure et jusqu'à 27.5 noeuds, le relais sera assuré par une turbine à gaz de la famille LM 2500 de General Electric/Avio. Les diesels générateurs, au nombre de quatre, seront quant à eux fournis par MTU.
L'Aquitaine doit être livrée à la Marine nationale en 2011 et sera suivie par sept autres frégates, commandés fin 2005. Neuf unités supplémentaires, faisant partie de deux contrats optionnels, doivent être notifiés en 2011 et 2013.
_______________________________________________

- Voir la fiche technique des frégates multi-missions