Marine Marchande
Les trois rouliers d'Airbus dans l'estuaire de la Gironde

Actualité

Les trois rouliers d'Airbus dans l'estuaire de la Gironde

Marine Marchande

Pour la première fois, le Ville de Bordeaux, le City of Hamburg et le Ciudad de Cadiz ont navigué ensemble. Les trois rouliers, utilisés par Airbus pour le transport de tronçons d'avions entre les différentes usines du groupe (Hambourg, Mostyn, Cadix, Saint-Nazaire et Nantes), se sont retrouvés le 3 juin dans l'estuaire de la Gironde. L'occasion pour Philippe Roy de réaliser de très belles vues aériennes, dont certaines illustrent cet article. Après la mise en service du Ville de Bordeaux en 2005, deux nouveaux rouliers avaient été commandés par Louis Dreyfus Armateurs et Lef Hoegh. Les deux groupes sont propriétaires des bateaux, gérés par LDA sous pavillon français et affrétés par l'avionneur européen. Commandés aux chantiers ST Marine de Singapour, la tête de série, le City of Hamburg, est arrivée en Europe au mois de janvier.
Son sistership, le Ciudad de Cadiz, fut livré en mai et a rejoint ses aînés après un long transit à travers l'océan Indien puis le long des côtes africaines. Plus petits que le Ville de Bordeaux, les deux nouveaux rouliers ne peuvent pas, contrairement au premier, embarquer l'ensemble des éléments d'un A380. Mais ils peuvent loger dans leur garage n'importe lequel des éléments du gros porteur d'Airbus (ailes, fuselage, cockpit...). Ils sont en revanche optimisés pour pouvoir transporter des véhicules (jusqu'à 800 voitures), une capacité qui avait été inaugurée avec le Ville de Bordeaux, lorsque le navire était « sous utilisé » pour Airbus.

Les trois rouliers le 3 juin (© PHILIPPE ROY)
Les trois rouliers le 3 juin (© PHILIPPE ROY)

Dans le contexte économique actuel, avec une chute des commandes d'avions, de nombreux reports et une baisse des cadences de production sur certains modèles, on peut d'ailleurs s'interroger sur le taux d'occupation d'une flotte de trois roulier, dimensionnée pour appuyer un outil industriel tournant à plein régime. La question est d'autant plus sensible que le marché automobile est aussi touché que le secteur aérien. Les opportunités d'utiliser les navires pour le transport de véhicules neufs ne sont donc pas légion. Alors que le Ville de Bordeaux, en attente à Saint-Nazaire, connaît un creux d'activité de plusieurs semaines, cette situation pourrait-elle perdurer, voire s'aggraver ? Chez Airbus, on se veut rassurant. Le groupe prévoit toujours un total de 483 appareils livrés cette année (soit l'équivalent de 2008), dont 14 A380. La priorité du groupe est de sécuriser les livraisons programmées, en s'appuyant notamment sur les garanties de crédits à l'exportation octroyées par les Etats. Malgré les reports décidés par certains gros clients, comme Emirates pour des A380, le président d'Airbus reste optimiste. « Nous sommes proches de la fin de la crise. Nous attendons la reprise pour 2010 », a estimé Tom Anders à l'occasion du salon du Bourget.

Les trois rouliers le 3 juin (© PHILIPPE ROY)
Les trois rouliers le 3 juin (© PHILIPPE ROY)



Le Ville de Bordeaux et le Ciudad de Cadiz (© PHILIPPE ROY)
Le Ville de Bordeaux et le Ciudad de Cadiz (© PHILIPPE ROY)



Le Ciudad de Cadiz (© PHILIPPE ROY)
Le Ciudad de Cadiz (© PHILIPPE ROY)

Louis Dreyfus Armateurs