Défense
L'Espagne rejoindra le groupe aéronaval français déployé en océan Indien

Actualité

L'Espagne rejoindra le groupe aéronaval français déployé en océan Indien

Défense

Flambant neuf, puisque livré il y a moins d'un an, le destroyer lance-missiles espagnol Blas de Lezo sera intégré au groupe aéronaval français, déployé en océan Indien de février à mai prochain. Cette très belle unité de 146.7 mètres de long et 5900 tonnes en charge est dotée du système de défense antiaérienne américain Aegis et de 32 missiles SM-2 MR et 16 ESSM RIM. Capable de détecter des cibles à plus de 450 kilomètres grâce aux 4 antennes du radar SPY-1D, il peut traiter simultanément plusieurs menaces dans un rayon de 80 kilomètres. La portée de son armement est donc supérieure à celle des frégates antiaériennes françaises, comme le Cassard, qui accompagnera lui aussi le Charles de Gaulle et dont les missiles SM-1 MR n'atteignent que 40 kilomètres. Pour l'Espagne, l'intégration d'un bâtiment de l'Armada dans ce déploiement est une première. Au cours des deux dernières missions Agapanthe, en 2004 et 2006, c'est la Grande-Bretagne qui avait dépêché un navire, en l'occurrence le HMS Gloucester puis le HMS Lancaster. Cette fois, le groupe aéronaval franco-espagnol sera donc articulé autour du porte-avions Charles de Gaulle et des Blas de Lezo et Cassard pour la lutte-antiarienne. Le reste de la task force sera composé de la frégate anti-sous-marine Tourville, d'un sous-marin nucléaire d'attaque et du bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. Au total, quelques 3000 marins seront mobilisés pour cette mission de trois mois et demi.

Baptême du déploiement pour les Rafale F2 ?

Cette force quittera Toulon le 9 février, cap sur la Méditerranée orientale, et devrait être en vue du canal de Suez aux alentours du 21 ou 22 février. Plusieurs exercices sont ensuite prévus avec les alliés traditionnels de la France, notamment l'Arabie Saoudite, ainsi qu'une escale à Djibouti début mars. Comme l'an passé, le Charles de Gaulle et son groupe devraient ensuite mener plusieurs semaines d'opérations dans le nord de l'océan Indien. L'an passé, des missions aériennes avaient été réalisées au dessus de l'Afghanistan, en soutien des troupes terrestres engagées contre les talibans. Les deux premiers Rafale au standard F2, actuellement en phase d'expérimentation à Mont-de-Marsan, pourraient rejoindre le porte-avions et connaître, ainsi, leur premier déploiement. Ces appareils, livrés en mai et octobre dernier par Dassault Aviation, seront admis au service en 2008 et intégrés à la flottille 12F. Capables de délivrer des bombes, les Rafale F2, puis F3, remplaceront progressivement les Super Etendard dans leurs missions d'assaut contre terre et navires de surface. 50 avions de ce type son prévus, venant s'ajouter aux 10 intercepteurs Rafale F1, déjà en service. A l'issue d'une escale à Abou Dhabi en avril et une courte relâche à Djibouti, le groupe aéronaval franco-espagnol regagnera l'Europe en mai, l'arrivée des bâtiments français étant prévue à Toulon le 15. Après avoir profité, une dernière fois, de l'impact diplomatique du porte-avions dans une région hautement sensible et stratégique, la France débutera une « parenthèse » d'un an et demi. Durant cette période, le Charles de Gaulle subira son premier arrêt technique majeur et l'Europe ne disposera plus d'un seul porte-avions opérationnel.
___________________________________________________

- Voir la fiche technique des navires français

- Voir la fiche technique du Blas de Lezo


Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française