Construction Navale
L'Europe autorise les Coréens à prendre la barre d'Aker Yards

Actualité

L'Europe autorise les Coréens à prendre la barre d'Aker Yards

Construction Navale

Sale temps sur Saint-Nazaire. Alors que les orages grondaient, en fin de journée, dans la région du dernier grand chantier naval français, STX Shipbuilding a obtenu hier l'aval de la Commission européenne pour prendre le contrôle de sa maison mère, Aker Yards. Cette décision a entrainé une véritable flambée du titre à Oslo, l'action faisant un bond de plus de 20%. S'interrogeant sur une éventuelle irrégularité, la bourse norvégienne a même suspendu la séance durant une heure et demie. Après cette interruption, le titre a finalement terminé la journée sur une progression de 5%. Attendu entre le 11 et le 15 mai, l'avis de la Commission européenne est donc tombé plus tôt que prévu. Fin décembre, Bruxelles avait ouvert une enquête approfondie sur le rachat, par le groupe sud-coréen, de 39.2% d'Aker Yards. Après le désengagement en juin 2007 d'Aker ASA, la holding de l'homme d'affaires norvégien Kjell Inge Røkke, le capital du constructeur restait très éclaté, détenu par une multitude de banques et autres fonds d'investissement. Les syndicats s'étaient d'ailleurs émus de cette situation, évoquant une fragilité qui faisait du constructeur une proie facile. La suite leur donnera raison puisque, profitant de l'éparpillement des actions, STX allait convaincre plusieurs banques de lui céder leurs titres, moyennant de juteuses plus values. Fin octobre 2007, le raid était lancé dans le plus grand secret à la bourse d'Oslo, où est cotée l'action Aker Yards. A la surprise générale, STX s'offrait le contrôle du géan

Chantiers de l'Atlantique