Défense
Leurres : Lacroix livre sa 10.000ème munition Seaclad
ABONNÉS

Actualité

Leurres : Lacroix livre sa 10.000ème munition Seaclad

Défense

Spécialiste des systèmes de leurrage, le groupe français Etienne Lacroix annonce, à l’occasion du salon Euronaval, qu’il vient de livrer sa 10.000ème munition de la famille SEACLAD. Ces leurres sont mis en œuvre par le système SYLENA, qui rencontre donc un vif succès cinq ans seulement après sa mise en service. « Euronaval clôture une année marquée par un intérêt accru de plusieurs marines du monde entier pour la gamme de systèmes lance-leurres SYLENA et particulièrement pour ses effets terminaux anti-missile, uniques au monde, déployés par ces systèmes, ainsi qu'une capacité duale anti-missile et anti-torpille. Une trentaine de systèmes ont déjà été livrés ou font l’objet de commandes fermes. Ce nombre devrait monter à 100 plateformes dans les deux prochaines années, en raison du succès croissant que rencontre ce couplage unique lanceur fixe / effets modernes », explique Lacroix, qui fête cette année les 170 ans de sa création, avec une activité historique dans les spectacles pyrotechniques qui se poursuit aujourd’hui aux côtés de son activité dans le domaine militaire.

 

 

En complément des missiles antimissiles, canons et moyens de guerre électronique actifs, l’utilisation de leurres s’inscrit dans une logique d’ultime parade au sein d’un dispositif d’autodéfense multicouche. Si la doctrine d’emploi peut évoluer d’une marine à l’autre, de manière générale, il existe trois stratégies de leurrage (confusion, distraction et séduction), qui dépendent de la situation du missile assaillant (avant son tir, en vol mais avec un autodirecteur inactif, ou juste avant l’impact). Si les derniers modèles de brouilleurs sont très efficaces, les bâtiments embarquent toujours des lance-leurres pour contrer les missiles à autodirecteur infrarouge, mais aussi pour tenir compte de l’évolution constante des contre-mesures électromagnétiques dont sont dotés les missiles antinavire. Depuis les années 90, suite à l’augmentation des puissances de calcul et à la miniaturisation des composants électroniques, les autodirecteurs de missiles ont, en effet, bénéficié d’une évolution sans précèdent qui les a fortement durcis face aux techniques classiques de leurrage.

Les dernières générations d’autodirecteurs de missiles peuvent ainsi procéder en instantané  à l’analyse spectrale, spatiale et temporelle de leur cible et rejeter tous les échos radars ou rayonnements  infrarouges qui ne correspondent pas à la signature d’un navire. Ainsi, la plupart des missiles actuels rejette les traditionnels leurres à base de paillettes métallisées (les chaffs) ou à base de compositions infrarouges classiques.

En contrepartie, de récents développements technologiques ont permis d’accroitre très sensiblement la crédibilité et l’efficacité des leurres passifs, qui répondent aussi à la problématique de la prolifération des missiles hyper-véloces ou en bande millimétrique. Lacroix a ainsi développé une nouvelle génération de leurres qui répond à cette évolution de la menace : la gamme SEACLAD, qualifiée par la marine française et vendue à plusieurs marines étrangères, qui intègre notamment des leurres électromagnétiques structuraux et des leurres infra-rouges morphologiques et spectraux. Ces leurres existent sous forme de munitions légères (mortiers) ou bien de roquettes. Celles-ci sont propulsées par un moteur au propergol et permettent de déployer les effets de leurrage à l’altitude choisie et à une distance programmable qui peut aller au-delà du nautique.

 

 

Totalement compatibles avec les autres systèmes embarqués, notamment les moyens de détection du bâtiment porteur qu’ils n’aveuglent pas, ces nouveaux leurres peuvent être mis en œuvre par le NGDS de Safran ou les lanceurs fixes ou mobiles de la gamme SYLENA d’Etienne Lacroix. Ceux-ci sont adaptés à tous types de plateformes, y compris des patrouilleurs avec notamment la version légère SYLENA LW. 

 

SYLENA LW sur le patrouilleur L'Adroit (© LACROIX)

SYLENA LW sur le patrouilleur L'Adroit (© LACROIX)

 

Les lanceurs SYLENA peuvent aussi déployer les leurres anti-torpille Canto. Ces derniers ont été développés par Naval Group dans le cadre du système Contralto, conçu pour contrer les attaques sous-marines multiples et les torpilles de nouvelle génération, qui rejettent systématiquement les contremesures classiques.

Le système est décliné en deux versions, adaptées aux bâtiments de surface ou aux sous-marins. Basé sur le concept de « confusion/dilution », le système sature la torpille attaquante en générant de façon permanente et simultanée de multiples fausses cibles acoustiques. Une fois la torpille détectée, Contralto définit, en liaison avec le système de combat du bâtiment, les paramètres pour déployer les contre-mesures Canto, et propose la manoeuvre évasive la plus adaptée à la situation tactique du moment.

 

Principe de déploiement de leurres Canto par une frégate (© NAVAL GROUP)

Principe de déploiement de leurres Canto par une frégate (© NAVAL GROUP)

Principe de déploiement d'un leurre Canto par une frégate (© NAVAL GROUP)

Principe de déploiement d'un leurre Canto par une frégate (© NAVAL GROUP)

 

Concernant la mise en oeuvre des Canto sur les lance-leurres de Lacroix intégrés sur bâtiments de surface, le groupe indique que le développement du mortier anti-torpille SEALAT est désormais achevé et que sa mise en production se déroule nominalement.

 

Mortier SEALAT embarquant un leurre Canto (© LACROIX)

Mortier SEALAT embarquant un leurre Canto (© LACROIX)

Leurre Canto (© NAVAL GROUP)

Leurre Canto (© NAVAL GROUP)

 

- VOIR NOTRE DOSSIER COMPLET SUR L'ACTIVITE DE LACROIX DANS LES LEURRES

 

Euronaval 2018