Défense
L'ex-Argens et l'ex-Commandant Rivière quittent Saint-Mandrier

Actualité

L'ex-Argens et l'ex-Commandant Rivière quittent Saint-Mandrier

Défense

La Marine nationale a commencé, hier, à retirer les vieilles coques servant de brise-lames à Saint-Mandrier. Présent sur place depuis 1986, l'ex-Bâtiment de Débarquement de Chars Argens a été déplacé vers la base navale de Toulon. La semaine prochaine, ce sera au tour de l'ancien aviso-escorteur Commandant Rivière. Les deux coques vont faire l'objet de travaux destinés à les préparer pour la filière de démantèlement. Elles seront notamment expertisées, afin de réaliser un inventaire des éventuelles matières toxiques contenues à bord. Hier matin, Jean-Louis Venne a pu suivre les opérations, qui ont pris une heure trente (voir photos à la fin de l'article). L'équipe des manoeuvriers est venue avec l'un des ponton-grues récemment livrés par Socarenam, sur lequel se trouvait le matériel nécessaire, dont un ensemble oxycoupeur. Le travail était supervisé par un pilote militaire. Tous les câbles et chaînes ont été coupés au chalumeau, lesquels retombaient lourdement à l'eau. L'Argens a ensuite été remorqué à petite vitesse vers la base navale.

Saint-Mandrier avant le départ de l'Argens (© JEAN-LOUIS VENNE)
Saint-Mandrier avant le départ de l'Argens (© JEAN-LOUIS VENNE)

Concernant Saint-Mandrier, l'ex-Bâtiment de Soutien Santé Rance va, pour le moment, rester sur place. Elle sera rejointe, dans les prochains mois, par une autre coque, qui remplacera l'Argens et le Cdt Rivière. Il s'agira soit de l'ex-frégate lance-missile Duquesne, soit de l'un des deux anciens Transport de Chalands de Débarquement du type Ouragan.
A terme, les navires désarmés seront, dans leur fonction de brise-lames, remplacés par des ouvrages maritimes.
A Saint-Mandrier, ils servent à abriter le plan d'eau utilisé par l'école de plongée de la marine. Le départ de deux coques et le laps de temps avant qu'un autre bateau soit installé n'est pas problématique, l'école étant fermée durant la saison estivale.

pousseurs (© JEAN-LOUIS VENNE)
pousseurs (© JEAN-LOUIS VENNE)

Ponton-grue (© JEAN-LOUIS VENNE)
Ponton-grue (© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

 (© JEAN-LOUIS VENNE)
(© JEAN-LOUIS VENNE)

Marine nationale