Défense
L’ex-frégate Cassard bonne pour la déconstruction

Actualité

L’ex-frégate Cassard bonne pour la déconstruction

Défense

Retirée du service en avril 2019, l’ex- frégate antiaérienne Cassard est sortie en décembre des bassins toulonnais, où elle est passée en cale sèche. Une opération visant à achever le retrait des équipements sensibles ou pouvant encore servir de pièces de rechange pour d’autres unités, débarquer des déchets, vider les fluides et mettre la coque en sécurité en vue de son démantèlement.

 

(© FRANCIS JACQUOT)

(© FRANCIS JACQUOT)

(© FRANCIS JACQUOT)

(© FRANCIS JACQUOT)

L'ex-Cassard sortant de cale sèche (© FRANCIS JACQUOT)

L'ex-Cassard sortant de cale sèche (© FRANCIS JACQUOT)

 

Mer et Marine a appris qu’elle ne devrait pas servir comme d’autres de brise-lames mais partir directement vers un chantier de déconstruction. L’ex-Cassard va ainsi être intégré dans un nouveau marché regroupant plusieurs vieilles coques de la Marine nationale, qui est en cours d’élaboration. Aucun calendrier n’est encore annoncé, la vieille frégate restant d’ici la conclusion du contrat en attente à Toulon.

 

Le Cassard lors de sa dernière sortie en mer en avril 2019 (© FRANCIS JACQUOT)

Le Cassard lors de sa dernière sortie en mer en avril 2019 (© FRANCIS JACQUOT)

 

Son sistership le Jean Bart, toujours opérationnel et qui doit prendre sa retraite en 2021, devrait quant à lui connaitre une fin de vie différente. La marine compte en effet conserver un temps cette coque quand elle sera désarmée afin de disposer d’une solution au cas où l’ex-frégate lance-missiles Suffren, qui sert depuis 2009 de brise-lames au port du centre d’essais de la Direction Générale de l’Armement installé sur l’île du Levant, devrait être remplacée avant la construction d’un ouvrage de protection de Port-Avis. Pour l’heure, l’ancienne FLM tient le choc, ses superstructures ayant souffert de la situation très exposée qui est la sienne depuis une décennie mais sa coque demeurant en plutôt bon état.

Quant à sa jumelle l’ex-Duquesne, qui sert également de brise-lames depuis 2009, mais à Saint-Mandrier, elle devrait rester en place jusqu’en 2028, date à laquelle la construction d’un ouvrage maritime est là aussi prévu.

 

L'ex-Suffren à l'île du Levant (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

L'ex-Suffren à l'île du Levant (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Marine nationale