Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

L’ex-Grèbe de retour à Toulon

Défense

Discrètement cédé en 2012 au Cameroun, l’ex-patrouilleur français Grèbe a retrouvé la base navale de Toulon début novembre. Il est, depuis, amarré le long des bassins Vauban et devrait appareiller dans les prochains jours. Rebaptisé Dipikar, le bâtiment n’a, en fait, jamais touché les côtes camerounaises. Après son retrait du service au sein de la Marine nationale, en novembre 2010, il avait, suite à sa vente, besoin d’une sérieuse remise à niveau pour redevenir opérationnel. Logiquement, les travaux auraient du être réalisés à Toulon mais les Camerounais ont semble-t-il trouvé les offres françaises trop onéreuses. Ils ont, par conséquent, envoyé l’ex-Grèbe dans un chantier tunisien, à Bizerte, où il devait rester environ un an. Ce n’est donc finalement que deux années plus tard que le Dipikar en est ressorti. Ayant bénéficié d’un carénage complet et d’une remise à niveau technique, le patrouilleur, qui a aujourd’hui fière allure, a été modernisé. Un système de suivi de la situation tactique, fourni par Nexeya, a notamment été installé, de même qu’un affût double de 20mm sur la plage avant. L’armement est complétée par deux mitrailleuses de part et d’autre de la passerelle.

 

Le Dipikar à Toulon (© HERVE DERMOUNE

Le Dipikar à Toulon (© HERVE DERMOUNE)

 

La présence à Toulon ces dernières semaines du Dipikar avait semble-t-il une vocation technique, probablement des interventions permettant de parachever les travaux intervenus à Bizerte. Les grands industriels locaux spécialisés dans la maintenance et la réparation, comme DCNS et Foselev, n’ont en tous cas pas été impliqués, pas plus que la Marine nationale pour des prestations de formation. Il est en revanche probable que le service logistique de la marine ait apporté son expertise.  

Lancé en 1989 au chantier SFCN de Villeneuve-la-Garenne, l’ex-Grèbe a été mis en service en 1991. Long de 52 mètres pour une largeur de 9.8 mètres, ce patrouilleur de plus de 400 tonnes en charge peut atteindre la vitesse de 18 nœuds. 

 

- Voir le site d'Hervé Dermoune, dont une photo illustre cet article

 

Le patrouilleur Grèbe en 2010 (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le patrouilleur Grèbe en 2010 (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Marine nationale