Défense
L’ex-Jeanne d’Arc sera bien démantelée

Actualité

L’ex-Jeanne d’Arc sera bien démantelée

Défense

Différents journaux ont évoqué la semaine dernière un projet de transformation de l’ancien porte-hélicoptères de la Marine nationale en récif artificiel au large de La Réunion. Une idée qui ne verra pas le jour, confirme-t-on sans surprise à l’état-major. Remorquée depuis Brest en octobre 2014, l’ex-Jeanne d’Arc a été conduite au site de Bassens, à Bordeaux, afin d’être déconstruite par Veolia. Alors que les travaux de dépollution à quai (notamment le désamiantage) s’achèvent, les travaux de découpage de la vieille coque vont bientôt débuter. Pour cela, l’ancien bâtiment école de la marine sera conduit en cale sèche, le démantèlement devant durer environ six mois. Dès que cette phase aura débuté, Veolia amènera à Bordeaux l’ex-croiseur Colbert, toujours en attente au cimetière marin de Landévennec et qui suivra à Bassens le même processus que la Jeanne. 

 

L'ex-Jeanne d'Arc à son départ de Brest (© MICHEL FLOCH)

L'ex-Jeanne d'Arc à son départ de Brest (© MICHEL FLOCH)

L'ex-Jeanne d'Arc après son arrivée à Bassens (© GPMB)

L'ex-Jeanne d'Arc après son arrivée à Bassens (© GPMB)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française