Défense
L’ex-Jules Verne à Brégaillon avant de partir pour la déconstruction

Actualité

L’ex-Jules Verne à Brégaillon avant de partir pour la déconstruction

Défense

Désarmé en 2010 et en attente depuis au mouillage en rade de Toulon, l’ancien bâtiment atelier Jules Verne, de la Marine nationale, a été remorqué hier au port de Brégaillon. C’est là que la vieille coque est préparée en vue de son départ vers le chantier belge Galloo, où elle sera déconstruite.

L’ex-Jules Verne sera conduit jusqu’à Gand par le remorqueur néerlandais Multratug 20, dont l’arrivée à La Seyne-sur-Mer est attendue d'ici vendredi. Le départ du convoi, qui dépendra des conditions météo, interviendra probablement en fin de semaine. 

 

Transfert à Brégaillon hier (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Transfert à Brégaillon hier (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Cette opération s’inscrit dans le cadre du marché notifié en novembre 2015 à Galloo, un contrat portant sur le démantèlement à Gand de sept bâtiments désarmés. En plus de l’ex-Jules Verne, Toulon verra partir les ex-transports de chalands de débarquement Ouragan et Orage, ainsi que l’ancien bâtiment de transport et de soutien Bougainville. A ces coques s’ajoutent celles, en attente à Brest, des ex-bâtiments de transport légers Francis Garnier et Jacques Cartier, ainsi que l’ex-remorqueur ravitailleur Rari. Ce dernier a pris la direction de la Belgique début mai.

 

 

Un grand garage flottant

D'abord mis sur cale en 1969, à Brest, en tant que transport de munitions, le Jules Verne, initialement baptisé Achéron, a finalement été achevé à partir de 1973 comme bâtiment atelier. Il devait alors pouvoir assurer le soutien d'une force navale de trois à six bâtiments opérant loin des bases métropolitaines et sans logistique terrestre. C'est, ainsi, que le Jules Verne sera déployé de nombreuses années en océan Indien, où il effectuera des opérations de maintenance à partir du port de Djibouti. Basé les 10 dernières années de sa carrière à Toulon, il ne suivait plus les groupes navals en raison de sa vitesse réduite. En revanche, il était régulièrement envoyé en Afrique dans le cadre de Corymbe, mission de présence permanente dans le golfe de Guinée. Le Jules Verne était très apprécié des pays visités, ses ateliers servant notamment à l'entretien des unités des marines alliées dans la région. 

 

Le Jules Verne en mission en 2008 (© : MARINE NATIONALE)

Le Jules Verne en mission en 2008 (© : MARINE NATIONALE)

 


Long de 150 mètres, le Jules Verne comptait 11 ateliers. Cinq étaient dédiés au charpentage, au gréement, à la tôlerie, à la chaudronnerie, à l'électricité, à la mécanique générale et à la mécanique de précision. Six autres ateliers étaient spécialisés dans les équipements : armes, torpilles, transmissions, détection sous-marine, détection électromagnétique... Faute de crédits, le navire n'a pas été remplacé. 

Dans l’attente des futurs navires logistiques

La Marine nationale compte toutefois retrouver une capacité de maintenance et de réparation sur ses trois futurs navires logistiques, qui doivent être réalisés dans le cadre du programme FLOTLOG et entrer en service au début des années 2020 afin de remplacer les bâtiments de commandement et de ravitaillement Marne, Var et Somme. 

 

Marine nationale