Défense
L'ex-Jules Verne rejoint les vielles coques en attente à Brégaillon

Actualité

L'ex-Jules Verne rejoint les vielles coques en attente à Brégaillon

Défense

L'ex-bâtiment atelier polyvalent Jules Verne a quitté jeudi dernier son quai de la base navale de Toulon pour rejoindre la zone d'attente du Brégaillon (La Seyne-sur-Mer), où sont également au mouillage les anciens transports de chalands de débarquement Ouragan et Orage, ainsi que la coque de l'ex-pétrolier-ravitailleur Saône. Le 17 septembre dernier, le Jules Verne avait connu sa dernière cérémonie des couleurs, à l'issue de laquelle il avait perdu son nom et avait rejoint la longue liste des anciens navires de la Marine nationale bons pour le démantèlement.

Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Déplacement du Jules Verne (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

D'abord mis sur cale en 1969, à Brest, en tant que transport de munitions, le Jules Verne, initialement baptisé Achéron, a finalement été achevé à partir de 1973 comme bâtiment atelier. Il devait alors pouvoir assurer le soutien d'une force navale de trois à six bâtiments opérant loin des bases métropolitaines et sans logistique terrestre. C'est, ainsi, que le Jules Verne sera déployé de nombreuses années en océan Indien, où il effectuera des opérations de maintenance à partir du port de Djibouti. Basé les 10 dernières années de sa carrière à Toulon, il ne suivait plus les groupes navals en raison de sa vitesse réduite. En revanche, il était régulièrement envoyé en Afrique dans le cadre de Corymbe, mission de présence permanente dans le golfe de Guinée. Le Jules Verne était très apprécié des pays visités, ses ateliers servant notamment à l'entretien des bâtiments des marines alliées dans la région.
Long de 150 mètres, le Jules Verne comptait 11 ateliers. Cinq étaient dédiés au charpentage, au gréement, à la tôlerie, à la chaudronnerie, à l'électricité, à la mécanique générale et à la mécanique de précision. Six autres ateliers étaient spécialisés dans les équipements : armes, torpilles, transmissions, détection sous-marine, détection électromagnétique... Faute de crédits, le navire n'a pas été remplacé.

Le concept Brave, de DCNS (© : DCNS)
Le concept Brave, de DCNS (© : DCNS)

La marine française travaille néanmoins sur un nouveau concept de bâtiment logistique. Appelé également à remplacer les ravitailleurs du type Durance, le futur navire devrait disposer d'ateliers embarqués. Dans cette perspective, DCNS propose son nouveau concept Brave, portant sur un navire de 195 mètres et 30.000 tonnes de déplacement en charge.
_________________________________________________

- Voir notre article sur le concept Brave

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française