Défense
L’ex-OPV L’Adroit a fait ses adieux à Toulon
ABONNÉS

Actualité

L’ex-OPV L’Adroit a fait ses adieux à Toulon

Défense

Rebaptisé Bouchard suite à sa vente à la marine argentine, l’ancien patrouilleur hauturier français L’Adroit a définitivement quitté Toulon hier, salué lors de sa traversée de la rade par les jets d’eau des remorqueurs de la base navale. Cap sur l’Argentine pour débuter sa nouvelle vie, avec normalement avant de rejoindre Buenos Aires une escale de deux jours à Rio de Janeiro, au Brésil, où il doit arriver dans deux semaines. Le bâtiment, qui sera basé à Mar del Plata, au sud-est de Buenos Aires, a finalement quitté la France sans son système d’artillerie principale, un canon télé-opéré de 30mm, dont les délais d’approvisionnement étaient un peu trop longs et qui sera finalement installé quand le patrouilleur sera arrivé dans son pays d'adoption. Il faut dire que le Bouchard a été livré par Naval Group à la marine argentine avec deux mois d’avance par rapport au planning initialement prévu. 

 

 

Le Bouchard à son départ de Toulon hier (© FRANCIS JACQUOT)

Le Bouchard à son départ de Toulon hier (© FRANCIS JACQUOT)

Le Bouchard à son départ de Toulon hier (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Bouchard à son départ de Toulon hier (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

 

Le Bouchard à son départ de Toulon hier (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Bouchard à son départ de Toulon hier (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Premier patrouilleur hauturier du type OPV 87, le Bouchard mesure 87 mètres de long pour 14 mètres de large, son déplacement en charge étant de 1650 tonnes. Capable d’atteindre 20 nœuds et de franchir plus de 7000 milles à vitesse économique, avec une autonomie de trois semaines en haute mer, il est armé par un équipage d’une quarantaine de marins (59 couchages sont disponibles à bord). Cet OPV, équipé d'un radar de surveillance Terma sous radôme et d’un système de lutte Polaris, peut mettre en œuvre par sa double rampe à la poupe deux grandes embarcations semi-rigides de 9 mètres. Il est aussi conçu pour accueillir un hélicoptère (plateforme pour une machine de 10 tonnes et abri pour un appareil de 5 tonnes).

Dans le cadre d’un contrat entré en février 2019, trois unités neuves du même type vont être livrées par Naval Group entre avril 2021 et début 2022, soit un bâtiment tous les six mois. Ces nouveaux patrouilleurs sont réalisés par le chantier Piriou de Concarneau, appuyé pour la production des coques par le site Kership de Lanester, près de Lorient.

Le Bouchard, dont le nom est régulièrement précédé de l’acronyme ARA, signifiant Armada de la República Argentina, a pour mémoire été réalisé sur fonds propres par Naval Group il y près de 10 ans. Il s’agissait du projet Hermès, au travers duquel l’industriel souhaitait disposer d’un prototype éprouvé à la mer de sa nouvelle gamme de patrouilleurs hauturiers. Mis à l’eau en mai 2011 à Lorient, le bâtiment avait débuté ses essais en mer en juillet de la même année et, dès octobre, était réceptionné par la Marine nationale dans le cadre d’une convention de mise à disposition. Baptisé L’Adroit, il devait rester seulement trois ans au sein de la flotte française, qui n’a pas souhaité s’équiper de ce modèle mais a conservé L'Adroit le temps que Naval Group trouve une marine étrangère intéressée pour le reprendre et si possible commander des unités neuves supplémentaires. La convention de mise à disposition a donc été allongée à plusieurs reprises, jusqu’à l’été 2018. Pendant près de sept ans sous pavillon français, L’Adroit a conduit de nombreuses missions et expérimentations, notamment d’un drone embarqué Camcopter S-100. Il a navigué de la Méditerranée à l’Atlantique en passant par l’océan Indien, étant par exemple engagé dans des opérations de lutte contre la piraterie et les trafics illicites, de police des pêches et même d’évacuation de ressortissants (Yémen en 2015).

Avant sa livraison à la marine argentine, intervenue officiellement le 20 décembre, le bâtiment a bénéficié d’un important arrêt technique à Toulon, qui a duré de février à novembre. L’objectif était de lui redonner un maximum de potentiel sur le plan technique et de conduire les modifications et adaptations nécessaires aux besoins argentins.

 

Marine nationale Naval Group (ex-DCNS)