Défense
L’ex-Rance a quitté Toulon pour la déconstruction

Actualité

L’ex-Rance a quitté Toulon pour la déconstruction

Défense

La coque Q732, ancien bâtiment de soutien santé Rance, a quitté Toulon le 30 mai en vue d’être déconstruite par le chantier Galloo de Gand, en Belgique. Elle y est conduite par le remorqueur néerlandais Multratug 18, auquel s'est joint pour la manoeuvre de sortie de la base navale le Toulonnais XVII de la SNRTM. Le convoi, qui s’est arrête à Vigo et en est reparti le 8 juin après le passage de la tempête Miguel, a remonté le golfe de Gascogne pour entrer en Manche, doublant hier la pointe du Cotentin. Son arrivée à Gand est annoncée le 13 juin. 

Construite à Lorient, la Rance, en service dans la flotte française de 1966 à 1997, présente une longueur de 101 mètres. Après avoir servi de brise-lames à Saint-Mandrier entre septembre 2007 et avril 2016, elle avait été remorquée dans la base navale de Toulon, en attente de son départ pour la démolition.

 

L'ex-Rance quand elle était à Saint-Mandrier (© : JEAN-LOUIS VENNE)

L'ex-Rance quand elle était à Saint-Mandrier (© : JEAN-LOUIS VENNE) 

 

L’ex-Rance fait partie d’une série de marchés de déconstruction des vieilles coques désarmées confiés par la Marine nationale à Galloo. Celui-ci comprend notamment les anciens bâtiments de soutien mobile Rhône, Rhin et Loire, qui avaient été désarmés à Lorient et Brest, ainsi que les ex-frégates Duguay-Trouin et Aconit, en attente à la pointe Bretagne. 

Alors que les ex-Rhin et Aconit ont été remorqués vers le chantier belge fin 2018, l’ancien Rhône (Q740) a quitté Lorient en mai. Puis sont prévus les ex-Duguay Trouin (Q813) et ex-Loire (Q853) au second trimestre 2020.

 

Marine nationale