Construction Navale
L’Harmony of the Seas prêt pour le grand bain

Reportage

L’Harmony of the Seas prêt pour le grand bain

Construction Navale
Croisières et Voyages

Saint-Nazaire se prépare à vivre un évènement historique, avec la mise à flot aujourd’hui puis la sortie de sa forme de construction demain du plus grand paquebot du monde. En attendant, la cale accueillant l’Harmony of the Seas était hier encore sèche et exceptionnellement ouverte à la visite. Accompagnés de leurs familles, les salariés de STX France et de ses sous-traitants ont découvert l’immense navire. Des milliers de personnes ont ainsi pu vivre une expérience aussi unique que saisissante. « Même pour nous, qui avons l’habitude de construire des gros paquebots, c’est impressionnant. On n’a jamais vu ça, ce bateau est vraiment hors normes », commentait un salarié du chantier nazairien devant l’Harmony of the Seas.

 

L'Harmony of the Seas hier (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Harmony of the Seas hier (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

 

Au pied du géant, dont les ponts supérieurs culminaient à environ 80 mètres au dessus de leurs têtes, les enfants avaient les yeux écarquillés et les adultes n’étaient pas en reste. « On travaille ici mais pour une fois on prend le temps de l’observer ». Au final, des visages ravis et aussi une bonne dose de fierté, car c’est « papa » et « maman », comme disent les enfants, qui ont « construit le gros bateau ». Des parents qui, devant un tel mastodonte, ont bien conscience de participer à une aventure humaine et technique hors du commun.

 

Découverte en famille du géant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Découverte en famille du géant (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

 

Tous les records nazairiens pulvérisés

Car, si en 150 ans de construction navale, Saint-Nazaire a produit de nombreuses unités consacrées en leur temps comme les plus grands paquebots du monde, cette fois, tous les records sont pulvérisés. Le colosse à l’écrasante silhouette mesure 362 mètres de long pour 66 mètres de large et affiche une jauge de 227.700 GT, à comparer par exemple aux 345 mètres du Queen Mary 2, dont la largeur est de 41 mètres et la jauge de 151.000 GT. Livrable fin avril 2016, l’Harmony of the Seas pourra accueillir jusqu’à 6360 passagers, servis par 2100 membres d’équipage. Il surclassera légèrement les deux premiers paquebots de cette série, l’Oasis of the Seas et l’Allure of the Seas, construits par le chantier finlandais de Turku, qui les a livrés en 2009 et 2010 à la compagnie américaine Royal Caribbean International.

 

L'Allure of the Seas (© : RCI)

L'Allure of the Seas (© : RCI) 

 

Transfert au petit matin

Encore vide hier, la forme profonde (forme B) de STX France, qui accueille l’Harmony of the Seas, va progressivement se remplir à partir de ce matin. Les vannes devaient être ouvertes vers 8 heures et le niveau de l’eau montera lentement jusqu’à minuit afin de permettre au paquebot, actuellement posé sur sa ligne de tins, de flotter. « Plusieurs séquences de mise en eau se dérouleront au cours de la journée. Il s’agit de vérifier au fur et à mesure l’étanchéité du flotteur », explique Pascal Favreau, Responsable navire. 

 

Pascal Favreau (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Pascal Favreau (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

Le navire est presque collé au bassin (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le navire est presque collé au bassin (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

 

Une fois à flot, la coque sera légèrement écartée du bord de la forme puis en  sortira pour pénétrer dans l’estuaire de la Loire et réaliser une première navigation d’environ 2 kilomètres jusqu’au bassin C, où se poursuivra l’armement du navire. « Ces manœuvre sont toujours délicates et nous avons là un navire exceptionnellement large. Il faut donc le sortir bien droit de la forme B, un système de rail allant nous aider à le sortir le plus loin possible ». Pour cela, toute la flottille de remorqueurs

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire Royal Caribbean | Actualité de la compagnie de croisière