Nautisme
L'Hydroptère aux couleurs de DCNS

Actualité

L'Hydroptère aux couleurs de DCNS

Nautisme

Le célèbre bateau volant intègre les Filières du Talent DCNS. Avec son créateur, le skipper Alain Thébault, l'Hydroptère a signé un nouveau partenariat avec le groupe naval, aux couleurs duquel il va être relooké. Comme pour DCNS1000, le monocoque de 60 pieds que l'industriel avait fait construire en 2008 dans le cadre des Filières du Talent, l'Hydroptère adoptera une livrée rappelant un poisson volant, ce qui lui ira particulièrement bien. Pour la nouvelle version des Filières du Talent, Exit donc DCNS1000 et Marc Thiercelin. Il faut dire que, si le projet était intéressant et a permis de former un jeune espoir de la course au large, Christopher Pratt - qui a pu, après avoir été formé par son aîné, participer sur le monocoque de DCNS à la Route du Rhum - les résultats sportifs ne furent pas fameux. DCNS1000 n'a pas remporté de course et a subi plusieurs abandons pour cause de casse.

L'Hydroptère DCNS  (© : DCNS)
L'Hydroptère DCNS (© : DCNS)

L'Hydroptère DCNS  (© : DCNS)
L'Hydroptère DCNS (© : DCNS)

Améliorer les performances du voilier

Si tout ne fut évidemment pas négatif dans cette expérience, bien au contraire, la direction de DCNS a préféré changer de cap pour la nouvelle formule des Filières du Talent. Et, avec l'Hydroptère, la logique du partenariat parait, cette fois, bien plus évidente. D'abord, un lien historique lie le concept de bateau volant à DCNS puisque c'est sur le site de Lorient que la coque en composite du premier Hydroptère a été réalisée en 1993. Ensuite, le voilier d'Alain Thébault correspond bien mieux à l'esprit de performance technologique et d'innovation du groupe naval. « DCNS innove depuis près de quatre siècles dans la construction navale. L'Hydroptère incarne des idéaux d'excellence technologique et de transmission du savoir cohérents avec ceux du groupe », explique l'industriel, dont les équipes seront directement impliquées dans l'amélioration des performances du voilier. « L'Hydroptère va de nouveau bénéficier des technologies de pointe développées par DCNS. Ainsi des ingénieurs planchent déjà sur l'automatisation électronique d'une gouverne de direction et de stabilisation afin de permettre au trimaran de gagner en vitesse. C'est une problématique parfaitement maîtrisée par DCNS pour les sous-marins ».

Luc Alphand et Alain Thébault  (© : VERONIQUE FEL)
Luc Alphand et Alain Thébault (© : VERONIQUE FEL)

Transmission du savoir

Comme ce fut le cas avec DCNS1000, l'Hydroptère DCNS est le fer de lance du volet sportif des Filières du Talent, qui comptent également un volet social, focalisé ces trois prochaines années sur l'insertion et la réinsertion professionnelles, la mixité et l'accessibilité. Dans cette perspective, Luc Alphand avait rejoint l'équipe l'an dernier. L'ancien skieur, contraint d'abandonner les pistes suite à un grave accident de moto, avait déjà, au terme de 8 ans d'apprentissage, remporté le Paris-Dakar. Et il souhaitait ensuite se réorienter sur la voile. Après avoir fait ses débuts sur DCNS1000 avec Marc Thiercelin, Luc Alphand intègre l'équipe d'Alain Thébault pour poursuive son apprentissage de la navigation. Cet aspect « transmission du savoir » des Filières du Talent sera complété au printemps 2012 avec l'arrivée deux autres apprentis skippers, qui représenteront les enjeux de mixité et d'accessibilité du programme. On notera d'ailleurs que cette initiative correspond aussi à l'esprit initial du trimaran volant. « La transmission du savoir est depuis l'origine au coeur du projet Hydroptère à travers la relation entre Eric Tabarly et Alain Thébault puis celle entre des personnalités très expérimentées de l'industrie française et les membres plus jeunes de l'équipe », souligne DCNS.

L'Hydroptère DCNS  (© : DCNS)
L'Hydroptère DCNS (© : DCNS)

Nouvelles tentatives de records en vue

Alain Thébault se montre en tous cas particulièrement enthousiaste : « Je suis très fier que l'Hydroptère rejoigne les Filières du Talent. Il ne s'agit pas d'un sponsoring classique. Nous rejoignons un programme de transmission du savoir avec un objectif social très important. J'attache depuis toujours beaucoup d'importance à l'enrichissement mutuel entre générations et c'est pourquoi je suis très heureux d'associer l'Hydroptère aux Filières du Talent DCNS. Je suis sûr que, en accueillant Luc Alphand et deux autres apprentis skippers, nous contribuerons à mettre en valeur la mission citoyenne de ce programme. Un autre aspect qui me tient à coeur dans ce partenariat est la collaboration technologique avec DCNS qui va nous faire bénéficier de ses compétences et moyens uniques en R&D ».

L'Hydroptère  (© : DR)
L'Hydroptère (© : DR)

Après les campagnes de vitesse conclues fin 2009 par un record absolu à 50.17 noeuds de moyenne sur un mille nautique, faisant de l'Hydroptère le bateau le plus rapide du monde, le voilier était repassé en configuration hauturière pendant deux saisons. L'occasion pour l'équipage de présenter sa technologie à de nouveaux publics et surtout de s'entraîner sur des convoyages de plusieurs semaines dans des conditions de mers variées et parfois difficiles. En 2012, avec le soutien de DCNS, l'Hydroptère va tenter de battre de nouveaux records. Basé durant les trois prochaines années à La Seyne-sur-Mer, près de Toulon, va s'attaquer à d'ambitieux challenges. L'équipage va, ainsi, tenter cette année de battre le record de vitesse entre Los Angeles et Honolulu (Hawaii) dans le Pacifique. En 2013, le record du tour des îles britanniques et le record de distance sur 24 heures seront en ligne de mire. Puis, en 2014, Alain Thébault et ses hommes tenteront de battre le record de traversée de l'Atlantique.

L'Hydroptère  (© : DR)
L'Hydroptère (© : DR)

Naval Group | Actualité industrie navale de défense