Nautisme
L'Hydroptère.ch s'envole pour de vrai !

Actualité

L'Hydroptère.ch s'envole pour de vrai !

Nautisme

On a souvent appelé l'hydroptère le « bateau volant » mais, cette fois-ci, ce n'est pas une métaphore. Nouveau-né, l'Hydroptère.ch a été héliporté depuis le chantier Décision SA pour survoler les quelques kilomètres qui le séparaient du lac Léman. Le voilier a été déposé sur l'eau le 8 octobre, au large du débarcadère de Saint-Sulpice, en Suisse. Baptisé le 23 août, le nouveau prototype n'est pas, contrairement à son grand frère détenteur du double record mondial de vitesse à la voile, un trimaran. Il s'agit d'un catamaran.

 (© : GUILAIN GRENIER)
(© : GUILAIN GRENIER)

 (© : GILLES MARTIN-RAGET)
(© : GILLES MARTIN-RAGET)

Construit sur le même principe de bateau à foils, l'Hydroptère.ch est équipé d'un coqueron central structurel surélevé, d'ensembles arrière relevables, d'un système de réglage des foils pointu et de carènes planantes mobiles. Un système de mesures embarqué très sophistiqué a été développé et mis en place afin de collecter toutes les données nécessaires au développement de l'Hydroptère maxi. L'Hydroptère.ch est le fruit d'une collaboration étroite entre marins, ingénieurs et techniciens, mais aussi de l'implication des Papés, les huit ingénieurs retraités de l'aéronautique qui soutiennent le projet depuis ses débuts, des chantiers Décision SA et B&B, des bureaux d'études HDS et MSE et des professeurs et étudiants des cinq laboratoires de l'EPFL qui collaborent au projet depuis 2006. « Le premier vol d'un bateau est toujours très émouvant. Un voilier n'est pas seulement un assemblage de carbone et titane mais porteur d'un supplément d'âme dû à son histoire. A sa genèse. Trois générations portent l'Hydroptère.ch: nos Papés de l'aéronautique, nos jeunes ingénieurs et, au centre, nos partenaires et l'équipage composé de marins et ingénieurs », explique Alain Thébault.

 (© : GILLES MARTIN-RAGET)
(© : GILLES MARTIN-RAGET)

L'Hydroptère.ch a déjà effectué ses premières sorties le week-end dernier. En effet, Alain Thébault et ses équipiers, bretons et suisses, on tiré leurs premiers bords sur le lac Léman samedi en toute fin de journée, après quelques réglages, puis dimanche dans l'après-midi. Les débuts sont très prometteurs. l'Hydroptère.ch a atteint rapidement les 20 noeuds avec quelques 10 noeuds de vent établi. Les prochaines sorties seront consacrées à la prise en main du bateau volant et à l'étude de son comportement. L'ouverture du « domaine de vol » se fera progressivement grâce à l'analyse des données récoltées lors de chaque navigation. « Le rêve se poursuit. Nos premiers bords sont satisfaisants mais nous savons qu'il y aura un long travail de mise au point. Nous allons continuer à naviguer tant que les conditions météo le permettent car souhaitons découvrir rapidement le potentiel de notre nouveau prototype », concluait Alain Thébault après les deux courtes sorties du week-end.

 (© : GILLES MARTIN-RAGET)
(© : GILLES MARTIN-RAGET)