Défense
Libye : Deux semaines très actives pour les forces aériennes et navales françaises

Actualité

Libye : Deux semaines très actives pour les forces aériennes et navales françaises

Défense

Engagées en Libye depuis le 19 et le 23 mars, l'armée de l'Air et la Marine nationale ont connu une activité soutenue ces dernières semaines. Du 7 au 21 avril, marins et aviateurs ont réalisé 231 sorties d'attaque au sol (Rafale Air, Mirage 2000-D, Mirage F1 CR, Rafale Marine et Super-Etendard Modernisés), 100 sorties de reconnaissance (Rafale Air, Mirage F1 CR et Rafale Marine), 30 sorties de contrôle aérien (E-3F Awacs et E-2C Hawkeye) et 77 missions de ravitaillement ((C135, Rafale Marine et SEM). Avec les appareils basés à Solenzara (Corse) et La Sude (Crête), ainsi que son groupe aéronaval articulé autour du porte-avions Charles de Gaulle, la France demeure la première contributrice de l'opération Unified protector. Son engagement aérien représente, en effet, environ 20% des sorties réalisées par les aéronefs engagés par l'OTAN et 25% des sorties d'attaques au sol. Du 14 au 21 avril, l'engagement tricolore s'est même intensifié, atteignant quotidiennement presque 40 sorties, soit 120 heures de vol. Alors que le dispositif reste inchangé en mer, l'armée de l'Air s'est réorganisée en renforçant sa présense à La Sude. Ainsi, les 18 et 19 avril, 6 Mirage 2000D, qui opéraient depuis Solenzara, ont rejoint les 4 Mirage 2000-5 déjà positionnés sur la base crétoise, plus proche du théâtre d'opération libyen.

SEM au catapultage (© : EMA)
SEM au catapultage (© : EMA)

SEM à l'appontage (© : EMA)
SEM à l'appontage (© : EMA)

Rafale Marine au catapultage (© : EMA)
Rafale Marine au catapultage (© : EMA)

Rafale Marine au catapultage (© : EMA)
Rafale Marine au catapultage (© : EMA)

Mirage 2000D (© : EMA)
Mirage 2000D (© : EMA)

Rafale Air  (© : EMA)
Rafale Air (© : EMA)

Une quarantaine de cibles détruites


Les nombreuses missions réalisées par les appareils français ont permis de porter de nouveaux coups aux forces fidèles au colonel Kadhafi. Ainsi, du 7 au 21 avril, l'aviation et l'aéronautique navale ont détruit une quarantaine de cibles. Selon l'Etat-major des Armées, ont été neutralisés environ 25 véhicules militaires, 5 sites de missiles antiaériens (dont des SA-2) dans les régions de Tripoli et Misrata, 4 pièces d'artillerie, 2 lance-roquettes multiples, des dépôts de munitions et de stockage dans les régions de Syrte, Tripoli et entre Brega et Adjabiya, ainsi que des moyens de communication et de commandement autour de Tripoli, Ras Lanuf et Syrte.
Sur le terrain, de violents combats opposent toujours les insurgés aux forces loyalistes. Ce week-end encore, des échanges de tirs très nourris se sont déroulés à Misrata, alors que Tripoli faisait l'objet de bombardements de l'OTAN. Hier matin, le bureau du colonel Kadhafi a, notamment, été détruit par une explosion faisant, selon les responsables libyens, 45 blessés. Alors que Paris et Londres ont annoncé, la semaine dernière, l'envoi d'officiers de liaison auprès du Conseil National de Transition (CNT) libyen, les Etats-Unis, qui avaient cessé il y a trois semaines d'engager des avions de combat, participent de nouveau aux frappes depuis le 19 avril, grâce au déploiement de drones Predator, capables d'emporter des missiles et bombes de 125 kilos.

Drone Predator (© : USAF)
Drone Predator (© : USAF)

Aéronavale Marine nationale