Défense
Libye : Une unité américaine sur le BPC Tonnerre

Actualité

Libye : Une unité américaine sur le BPC Tonnerre

Défense

Actuellement déployé au large de la Libye dans le cadre de l'opération Harmattan, le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre a accueilli un détachement de militaires américains. Cette unité de l'US Air Force, utilisant des hélicoptères HH-60G Pave Hawk, est spécialisée dans la récupération de personnel. Arrivés de Grèce en début d'après-midi le 1er octobre, les militaires américains ont été projetés sur le Tonnerre par la coalition intervenant en Libye, afin de valider la capacité du BPC à accueillir un détachement CSAR supplémentaire, en plus de celle déjà existante (avec des EC725 Caracal notamment). Pour mémoire, les missions de Combat Search and Rescue (CSAR) peuvent, par exemple, servir à la récupération en zone de combat d'un pilote dont l'appareil a été abattu. « L'objectif est de pouvoir renforcer ponctuellement, au plus près des côtes, cette capacité. Pas forcément habitués à la vie en mer, les militaires américains se sont dits impressionnés par la confortable configuration du BPC français et la capacité d'accueil de son hangar hélicoptères », affirme l'Etat-major des Armées.

 (© : EMA)
(© : EMA)

 (© : EMA)
(© : EMA)

 (© : EMA)
(© : EMA)

 (© : EMA)
(© : EMA)

 (© : EMA)
(© : EMA)

La présence du détachement de l'US Air Force sur le Tonnerre a été l'occasion de nombreux échanges. « Un pilote du 55th Rescue Squadron (RS) est actuellement affecté chez nous, à l'escadron d'hélicoptères 01.067 Pyrénées », explique un commandant français. « Nous partageons les mêmes procédures. La différence est que nos hélicoptères sont moins spacieux et plus anciens que le Caracal », note quant à lui le capitaine américain Chris. Le 3 octobre à midi, le détachement américain, qui avait précédemment passé quatre mois en Afghanistan, a quitté le Tonnerre pour rejoindre la base militaire de Kalamata en Grèce. Sur le trajet, un tanker les a ravitaillés deux fois (les Pave Hawk sont dotés de perches), au cours des quatre heures de vol qui les séparaient du sol grec.

Des relèves au sein de la force navale

Le Tonnerre et son groupe aéromobile, composé d'hélicoptères Tigre, Gazelle, Puma et Caracal, a quant à lui poursuivi ses opérations au large de la Libyen, plusieurs raids étant encore menés, durant la semaine écoulée, contre les forces fidèles au colonel Kadhafi. Le bâtiment est toujours la pierre angulaire de la TF473, force navale française déployée dans le secteur par la Marine nationale. La composition de ce groupe maritime a d'ailleurs évolué ces derniers jours. Ainsi, autour du Tonnerre, la frégate antiaérienne Cassard a été relevée par la frégate Chevalier Paul. Assurant le soutien logistique de la force, notamment en combustible, vivres et munitions, le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne a, quant à lui, été remplacé par le Var. En parallèle, il y a également eu une relève française au sein du task groupe maritime sous commandement OTAN (opération Unified Protector). Ainsi, l'aviso Commandant Birot a succédé au Lieutenant de Vaisseau Lavallée.

La frégate Cassard  (© : EMA)
La frégate Cassard (© : EMA)

Gazelle de nuit sur le Tonnerre  (© : EMA)
Gazelle de nuit sur le Tonnerre (© : EMA)

140 sorties réalisées en une semaine

Hier, l'EMA a communiqué son point hebdomadaire sur les opérations en Libye. Du 30 septembre au 6 octobre, le dispositif militaire français a assuré environ 140 sorties, dont 60% sont des missions offensives. Ces missions se décomposent ainsi : 86 sorties d'attaque au sol (Rafale Air, Mirage 2000-D, Mirage 2000-N et Mirage F1 CT) ; 28 sorties de reconnaissance et de surveillance (Rafale pod reco NG, Mirage F1 CR, Atlantique 2, drone Harfang) ; 7 sorties de contrôle aérien (E-3F) ; 10 sorties de ravitaillement (C135 FR) et 8 sorties pour le groupement aéromobile embarqué sur le Tonnerre.
Au cours des opérations, de nouveaux objectifs ont été neutralisés par les avions de chasse et les hélicoptères dans les régions de Syrte et Bani Walid. Ont, ainsi, été détruits une vingtaine de véhicules militaires, dont trois lance-roquettes et une pièce d'artillerie ; ainsi que quatre bâtiments de commandement et un site radar.

Le BPC Tonnerre  (© : EMA)
Le BPC Tonnerre (© : EMA)

Marine nationale