Science et Environnement
L'Ifremer mesure l'impact des câbles sous-marins

Actualité

L'Ifremer mesure l'impact des câbles sous-marins

Science et Environnement

Deux campagnes de mesures d'impact des câbles sous-marins vont être menées par l'Ifremer cette semaine. Le navire océanographique Thalia va effectuer plusieurs jours de mesures au-dessus des trois câbles de puissance reliant le Cotentin à Jersey. Les chercheurs veulent recueillir les données des champs magnétiques créés par ces câbles d'une puissance de 55 à 100 MW qui alimentent l'île en électricité. Pour celà, le Thalia va remorquer un poisson traînant un câble de 50 mètres bardé de capteurs. Ceux-ci vont permettre de cartographier, à différentes distances du fond, les variations spatiales du champ magnétique. Un appareil de 1.20 mètre d'envergure sera également immergé pendant 24 à 48 heures sur les fonds sableux. 

Ces données, intégrées au projet SPECIES de l'Ifremer, serviront valider les calculs théoriques souvent effectués dans le cadre des projets d'énergies marines renouvelables. Les mesures vont permettre de voir si le champ magnétique est significativement augmenté par la présence de câbles sous-marins, ce qui peut avoir un impact sur les organismes vivants de l'écosystème ambiant.

Au même moment, l'Ifremer va effectuer son suivi annuel sur le site d'essai hydrolien de Bréhat. Il s'agit de plongées sur les structures artificielles mises en place dans le fond pour stabiliser le raccordement électrique. Celles-ci ont été colonisées par plusieurs espèces, dont des homards. Les plongeurs vont donc les compter et les filmer, puis réaliser un dernier état initial du site avant la mise en production de l'hydrolienne d'Hydroquest.

 

 

 

IFREMER