Construction Navale
L’industrie allemande veut avancer vite sur la pile à combustible

Focus

L’industrie allemande veut avancer vite sur la pile à combustible

Construction Navale

Meyer Werft, FSG, Lürssen, TKMS, DNV-GL , AIDA Cruises, l’université Leibniz de Hannovre, le gouvernement fédéral et bien d’autres : l’industrie allemande a décidé de mettre les bouchées doubles sur le dossier de la propulsion des navires par la pile à combustible en lançant, en 2009, le projet e4ships (budget de 1.4 milliard d’euros) dont les premiers résultats ont été présentés au salon SMM de Hambourg la semaine dernière.

Des réseaux d'énergie décentralisés

Les partenaires ont développé deux projets phares. Le premier, Pa-X-ell, est mené par Meyer Werft et vise à tester des piles à combustible à membrane électrolyte polymère (PEM) haute température à bord de navires à passagers. Meyer Werft a commencé par installer un démonstrateur de 30 kW dans son chantier puis un autre à bord du ferry Mariella de Viking Line. Sur ce dernier, les ingénieurs du projet ont installé un système de PEM alimenté au méthanol, développé par Fischer Eco Solutions et SerEnergy, d’une puissance de 90 kW. Le système, qui convient en complément de la production d’énergie « traditionnelle »,  fonctionne en tri-génération, fournissant de la chaleur, du froid et de l’électricité. Le principe modulaire que peut offrir un tel dispositif intéresse beaucoup les chantiers et armateurs, notamment pour les navires à passagers. Il permettrait de mettre en place un réseau décentralisé d’apport d’énergie à bord, séparant notamment la production destinée à l’hôtellerie et celle dédiée à la propulsion.

La nécessité d'un cadre international

Le principe fonctionne, peut être amélioré, notamment la puissance individuelle des piles et leur durée de vie. Mais, pour que le système puisse être commercialisé, il va également falloir établir des règles internationales, ce que l’OMI n’a pas encore fait en la matière. C’est donc un des buts des porteurs de projet qui espèrent convaincre les instances internationales grâce à ses démonstrateurs. Deux autres pourraient d’ailleurs être prochainement installés à bord d’un mega-yacht et d’un paquebot.

Le second projet d’e4ships, SchIBZ est réalisé par un consortium mené par TKMS. Son objectif est le développement d’un système hybride diesel/pile à combustible d’une puissance de 100 à 500 kW pour fournir la propulsion principale de navires. Le premier démonstrateur a été installé à bord du Forester de Bremer Reederei sous la forme d’un système conteneurisé de 50 kW : alimenté par du diesel (qui devrait ensuite être remplacé par du GNL), il utilise une batterie au lithium comme tampon entre la pile à combustible et le réseau électrique du bord. 

 

Propulsion - motorisation