Construction Navale
L’industrie navale lance son offensive pour recruter des milliers de jeunes

Focus

L’industrie navale lance son offensive pour recruter des milliers de jeunes

Construction Navale
Energies Marines
Nautisme
Défense
Offshore
Formation et Emploi

De la Manche à la Méditerranée, en passant par la côte atlantique, partout, le long du littoral français, l’industrie navale connait une pénurie de main d’œuvre inédite depuis plusieurs décennies. Que ce soit dans le domaine des navires civils ou celui des bâtiments militaires, en passant par la pêche et la plaisance, et le développement à venir les énergies marines, les chantiers tricolores enregistrent pour la plupart un excellent niveau d’activité et une visibilité exceptionnelle. Pour honorer les commandes, il faut muscler les effectifs tout en assurant la transmission de nombreux savoir-faire, parfois rares ou critiques, à une nouvelle génération. La plupart des métiers sont concernés, mais certains sont plus particulièrement en tension, notamment chez les ouvriers, techniciens et techniciens supérieurs. Au point que les chantiers et leurs sous-traitants ne parviennent plus à trouver dans les bassins d'emploi de soudeurs, chaudronniers, tuyauteurs, mécaniciens, électriciens, électroniciens ou encore techniciens d’études.

 

Mise à l'eau d'un yacht chez Couach, en Gironde (© : COUACH)

Mise à l'eau d'un yacht chez Couach, en Gironde (© : COUACH)

 

Maintenir et développer les compétences

« Notre souci principal, c’est le maintien et le développement des compétences. Nous avons besoin de personnel dans de nombreux métiers. C’est un problème majeur que partagent les chantiers français et c’est pour moi le sujet principal du moment pour notre industrie. Il nous faut de la main d’œuvre qualifiée et, aujourd’hui, nous n’en trouvons plus localement, tant et si bien que nous sommes obligés de faire appel à de la main d’œuvre détachée, ce qui est quand même dommage », explique Matthieu Gobert de Socarenam. Ce constructeur est implanté à Boulogne, Etaples, Calais et Saint-Malo, où il réalise des vedettes et patrouilleurs pour la marine et la douane, des bateaux de pêche ou encore des navires de travaux portuaires. L’entreprise, qui

emploi