Défense
L'Iran accepte de libérer les 15 marins et fusiliers britanniques

Actualité

L'Iran accepte de libérer les 15 marins et fusiliers britanniques

Défense

Après deux semaines de tensions diplomatiques, Téhéran a décidé hier soir de libérer les 15 militaires britanniques capturés le 23 mars dans le golfe Persique. Les 14 hommes et une femme doivent rejoindre aujourd'hui l'ambassade de Grande-Bretagne. Bien que l'Iran affirme toujours que les marins et fusiliers aient violé ses eaux territoriales, une crise a donc été évitée, alors que la tension dans la région faisait grimper le prix du pétrole. Le président iranien Ahmadinejad a évoqué un « cadeau » fait au Royaume-Uni, malgré « l'absence de courage » de son gouvernement. Ce dernier, soutenu par les Etats-Unis et l'Union Européenne, s'est félicité hier soir qu'une escalade ait été évitée. Les 8 marins de la Royal Navy et 7 fusiliers des Royal Marines avaient été interceptés au confluent du Tigre et de l'Euphrate, marquant la frontière entre l'Iran et l'Irak. Les militaires anglais avaient quitté la frégate HMS Cornwall sur deux embarcations pneumatiques, afin de contrôler un navire marchand. Londres a toujours affirmé, cartes et relevés à l'appui, que ses hommes se trouvaient alors dans les eaux irakiennes.
La libération des militaires anglais ne met toutefois pas fin à tous les problèmes. Le dossier du programme nucléaire iranien reste plus que jamais un motif d'opposition avec Téhéran.

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques