Défense
L'Italie lance la construction de sa troisième FREMM

Actualité

L'Italie lance la construction de sa troisième FREMM

Défense

Les chantiers Fincantieri de Riva Trigoso ont débuté, ce mois-ci, la construction de la troisième frégate européenne multi-missions (FREMM) commandée par la marine italienne. Elle s'ajoute aux deux premières unités, le Carlo Bergamini et le Carlo Margottini, dont la réalisation a commencé en 2008 et 2009. La tête de série, dont la coque est aujourd'hui achevée, doit débuter ses essais en mer au printemps prochain pour une livraison programmée en 2012.
Pour l'heure, l'Italie a commandé 6 FREMM, le programme étant industriellement porté par Orizzonte Sistemi Navali, filiale de Fincantieri (51%) et Finmeccanica (49%).
Longues de 140 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge, ces frégates se déclineront en deux versions. La première sera à vocation anti-sous-marine et la seconde, dite « polyvalente », est plutôt dédiée à l'action vers la terre. Les frégates ASM, au nombre de 4, embarqueront 4 missiles antinavire Otomat, 16 missiles surface-air Aster 15, 2 canons de 76 mm et 2 canons de 25 mm. Les capacités anti-sous-marines consisteront en 4 tubes pour torpilles MU90 et 4 missiles Milas, un système ASM d'une portée de 40 kilomètres associant un Otomat et une MU90. Chaque bâtiment pourra, de plus, embarquer 2 hélicoptères dotés d'un sonar trempé et de torpilles aérolargables. En matière de détection, les FREMM ASM disposeront d'un sonar d'étrave 4110 CL et d'un sonar remorqué CAPTAS 4249.

FREMM polyvalente  (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)
FREMM polyvalente (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

Les bâtiments polyvalents, pour le moment au nombre de 2, auront un armement différent. Les 4 Milas seront remplacés par des Otomat, portant la dotation en missiles antinavire à 8, alors qu'une tourelle de 127mm se substituera, sur l'avant du navire, au canon de 76mm dont seront dotés les navires ASM. L'autre pièce de 76mm, située sur le toit du hangar hélicoptères, sera conservée. Les FREMM polyvalentes auront un sonar d'étrave mais le sonar remorqué sera remplacé par un système de mise à l'eau d'embarcations légères. Ce concept, également envisagé par la France avant l'abandon de ses FREMM AVT, est spécialement conçu pour la mise en oeuvre rapide de forces spéciales ou d'équipes de visites chargées de contrôler ou d'intercepter un navire.
Quatre autres FREMM polyvalentes doivent être commandées en 2013 et 2015, si le contexte économique le permet. Appelées à remplacer les frégates des types Lupo et Maestrale, ces navires sont étudiés en coopération avec la France, qui réalise pour son compte 11 frégates (9 ASM et 2 antiaériennes). Les industriels français et italiens sont concurrents sur le marché export, chaque pays présentant son propre navire aux clients, comme le Brésil.

Fincantieri