Croisières et Voyages
L’Italie va restreindre le transit des paquebots à Venise

Actualité

L’Italie va restreindre le transit des paquebots à Venise

Croisières et Voyages

D’ici un an, les plus gros navires de croisière ne pourront plus passer devant la place Saint-Marc. C’est ce qu’a annoncé hier le gouvernement italien. Celui-ci a décidé d’interdire, à compter de novembre 2014, le transit des paquebots de plus de 96.000 GT de jauge dans le canal de la Giudecca, qui passe en plein cœur de Venise. De même, le trafic quotidien sur cette voie de navigation sera limité, apparemment dès le mois de janvier, à un maximum de cinq navires de plus de 40.000 GT. Le trafic devrait, ainsi, être réduit de 20%. 

Ces mesures font suite aux protestations d’un certain nombre de Vénitiens et d’associations de protection de l’environnement, qui dénoncent depuis des années les dommages occasionnés par le passage des paquebots, accusés d’accélérer l’érosion des berges et fondations de la Cité des Doges.

 

 

Un paquebot de Carnival dans le canal de la Giudecca (© MER ET MARINE -. GROIZELEAU)

Un paquebot de Carnival dans le canal de la Giudecca (© MER ET MARINE -. GROIZELEAU)

 

 

Pas d’impact significatif sur le trafic

 

 

La décision du gouvernement de restreindre la navigation dans le canal de la Giudecca ne devrait, pour autant, pas avoir d’impact sur l’activité croisière, qui n’a cessé de croître ces dernières années à Venise. A l’instar des ferries, les plus gros paquebots pourront, en effet, contourner la ville en longeant l’île de la Giudecca afin de rejoindre le terminal croisière. De plus, la limitation de jauge ne touche en fait qu’une petite partie de la flotte, puisqu’elle permet encore à des navires imposants, comme les unités de la classe MSC Musica (293.8 mètres, 93.300 GT, 1275 cabines), Costa Luminosa (294 mètres, 92.600 GT, 1130 cabines) ou Norwegian Jade (295 mètres, 93.500 GT, 1188 cabines) d'emprunter le canal de la Giudecca. Ce ne sera en revanche plus le cas pour les MSC Fantasia (333 mètres, 140.000 GT,  jusqu’à 1739 cabines), Carnival Dream (306 mètres, 130.000 GT, 1826 cabines), Costa Serena (290 mètres, 114.500 GT, 1500 cabines) ou Royal Princess (330 mètres, 141.000 GT, 1780 cabines).

 

 

Un navire de Seabourn dans le canal de la Giudecca (© SEABOURN)

Un navire de Seabourn dans le canal de la Giudecca (© SEABOURN)

 

 

Plus de 650 escales par an

 

 

Pour mémoire, le port de Venise a accueilli, l’an dernier, plus de 650 escales de navires de croisière, avec plus de 2 millions de passagers. Les compagnies se servent notamment de ce port comme tête de ligne pour les croisières en Adriatique et vers la Grèce.  Une activité qui génère d’importantes retombées économiques pour la Cité des Doges, non seulement en termes de taxes portuaires, mais également pour les commerces, les restaurants et l’hôtellerie, les passagers restant souvent une ou plusieurs nuits avant ou après leur croisière lorsqu’ils embarquent dans le port italien.  

 

 

Paquebots au terminal croisière de Venise (© GUILLAUME RUEDA)

Paquebots au terminal croisière de Venise (© GUILLAUME RUEDA)

 

Les plus grands paquebots pourront contourner la ville, à l'instar des ferries (© MICHELIN)

Les plus grands paquebots pourront contourner la ville, à l'instar des ferries (© MICHELIN)

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur