Défense

Actualité

L’Iver Huitfeldt déjoue une attaque pirate contre un pétrolier danois

La toute nouvelle frégate de la marine danoise s’est illustrée en intervenant suite à une attaque pirate contre le Torm Kristina, un pétrolier de la même nationalité. Dans la soirée du 15 décembre, ce navire de 244 mètres de long et d’un port en lourd de 105.000 tonnes naviguait dans le golfe d’Oman, vers le port de Mascate lorsque son équipage a repéré deux embarcations légères se rapprochant à vive allure. Suivant les consignes de sécurité en vigueur, les marins du Torm Kristina se sont immédiatement réfugiés dans la « citadelle », un espace du bateau aménagé pour permettre à l’équipage de se mettre hors d’atteinte en cas d’attaque (mesure faisant partie d’une série de « bonnes pratiques » mises en place par les armateurs pour déjouer les actes de piraterie). Avant de se cloitrer, les marins ont envoyé un appel de détresse, reçu par le commandement de la Task Force anti-piraterie de l’OTAN. Le contre-amiral italien Antonio Natale, commandant de celle-ci, a ordonné à l’Iver Huitfeldt, actuellement intégré à cette force, de porter assistance au Torm Kristina.

 

 

Inspection du Torm Kristina à l'arrivée de l'Iver Huitfeldt (© : OTAN)

 

Arrivé trois heures plus tard, l'Iver Huitfeldt a constaté que les pirates avaient quitté le pétrolier, profitant de la nuit pour s'enfuir avant l'arrivée des militaires danois. « On peut penser qu’ils ont vu le bâtiment arriver vers eux et ont réalisé qu’il n’avait pas de possibilité de prendre le contrôle du Torm Kristina », explique l’OTAN. L’Iver Huitfeldt a dépêché une équipe de visite, qui a inspecté le navire pour s’assurer qu’aucun pirate n’était resté à bord, avant d’informer l’équipage du pétrolier qu’il pouvait quitter la citadelle. « Malgré la mousson d’hiver, qui génère une mauvaise mer, cet incident démontre que les pirates continuent d’être actifs et peuvent opérer loin de la Somalie. Mais nous les surveillons et quand les bonnes pratiques, comme les citadelles, sont mises en œuvre sur les navires marchands, nous pouvons réagir rapidement et déjouer les actions pirates », explique le contre-amiral Natale.

 

Le Torm Kristina et l'Iver Huitfeldt (© : OTAN)

 

L'équipe de visite sur le Torm Kristina (© : OTAN)

 

Les frégates du type FPS

 

Admis au service actif en février dernier, l’Iver Huitfeldt est le premier d’une série de trois unités du type FPS (Flexible Patrol Ships), derniers bateaux réalisés par le chantier danois d’Odense avant sa fermeture. Dérivées des deux bâtiments de projection du type Absalon, ces frégates mesurent 138.7 mètres de long et présentent un déplacement de 5850 tonnes en charge. Pouvant mener des missions de défense aériennes, elles disposent d’un radar de veille lointaine SMART-L, ainsi qu’un radar APAR avec quatre antennes fixes. Leur armement comprend 32 missiles surface-air SM-2 MR, tirés depuis des cellules de lancement vertical, deux systèmes surface-air à très courte portée Sea Stinger, jusqu’à 16 missiles antinavire Harpoon, une tourelle de 76mm (emplacement prévu pour une seconde pièce de ce type), un canon de 35mm, des mitrailleuses et quatre tubes lance-torpilles. Elles peuvent, en outre, embarquer un hélicoptère AW101 Merlin. Capables d’atteindre la vitesse de 28 nœuds, ces frégates sont armées par un équipage de 110 marins et disposent de logements pour 50 hommes, par exemple des forces spéciales. Les second et troisième bâtiments de cette série, les Peter Willemoes et Niels Juel, doivent entrer en service début et fin 2013.

 

La frégate Iver Huitfeldt (© : OTAN)

Piraterie