Défense
Livre Blanc : 3000 militaires face à des annonces qu'ils connaissaient déjà

Actualité

Livre Blanc : 3000 militaires face à des annonces qu'ils connaissaient déjà

Défense

Etrange ambiance, hier matin, Porte de Versailles, à Paris. C'est là, en fin de matinée, que le président de la République a dévoilé aux militaires et personnels civils du ministère de la Défense les grandes lignes du Livre Blanc. Où, plutôt, le président a confirmé ce que tous savaient déjà, les multiples fuites de ces dernières semaines n'ayant guère laissé de place à la surprise. De terre, de l'air ou de la marine, c'est donc dans ce contexte que 3000 militaires sont venus écouter durant trois quarts d'heure le chef des Armées détailler la « nouvelle stratégie de sécurité nationale » de la France. Dans un discours qu'il a lui-même qualifié de « fondateur », Nicolas Sarkozy est longuement revenu sur les différentes menaces pesant sur le pays dans le contexte de la mondialisation. « Le monde est confronté au terrorisme de masse, aux tensions qui naissent de la course aux matières premières, à des risques naturels et technologiques croissants. L'Asie a connu un développement économique sans précédent. Elle est devenue un nouveau centre de gravité stratégique. Des facteurs de risque y persistent (...) Aux portes de l'Europe, dans la zone qui va de l'ouest africain jusqu'à l'Asie, en passant par la Méditerranée et la région du Golfe, les facteurs d'instabilité et de violence sont nombreux : revendications identitaires, radicalisations, conflits ouverts ou latent, terrorisme et prolifération ». Pour le président : « Depuis 15 ans, la France n'est plus menacée d'invasion. Les menaces ont changé de nature. Elles sont diverses, mouvantes. Elles nous semblent lointaines, mais, ne nous y trompons pas, le territoire national comme le territoire européen peuvent être frappés demain (...) Nous ne pouvons exclure la réapparition d'une menace majeure, de quelque nature que ce soit, qui mettrait en péril la survie même de la nation ».

Cinq grandes fonctions stratégiques

Pour faire face aux nouveaux défis identifiés par le Livre Blanc, le chef de l'Etat a érigé comme « prioritaire » la connaissance et l'anticipation. « J'ai décidé un effort massif d'investissement sur le renseignement, notamment d'origine spatiale, qui bénéficiera aussi bien à la décision politique qu'aux chefs militaires ». Les crédits alloués aux satellites devraient êtres doublés.

Comme il l'avait indiqué à Cherbourg, fin mars, Nicolas Sarkozy a réaffirmé le rôle « essentiel » de la dissuasion dans la stratégie de défense. « Certains nous disent que la dissuasion nucléaire n'est pas adaptée au XXIème siècle. Je n'en crois rien. D'abord parce qu'elle reste l'assurance vie de la nation dans un monde incertain. Ensuite, parce qu'elle garantit notre indépendance et notre liberté d'action face à toute menace ou chantage contre nos intérêts vitaux. J'entends que la France dispose de telles capacités aussi longtemps que les armes nucléaires seront nécessaires à sa sécurité ».

La troisième grande fonction prioritaire est la protection des populations et du territoire. Le Livre Blanc met en avant la nécessité d'accroître la « résilience » du pays, c'est-à-dire sa capacité à retrouver rapidement un fonctionnement acceptable, sinon normal, face à une crise majeure. « Nous devons nous prémunir contre toute crise majeure sur le territoire national, qu'elle soit intentionnelle ou non. C'est la raison pour laquelle nous devons nous doter d'un