Défense
Livre Blanc : La marine y laisse des plumes, et pas qu’un peu…

Actualité

Livre Blanc : La marine y laisse des plumes, et pas qu’un peu…

Défense

Contrairement à ce qui est dit ou écrit ici et là, la Marine nationale ne sortira pas indemne des coupes budgétaires, loin s’en faut. Certes, le nouveau Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, dont les conclusions ont été rendues hier, maintient l’ensemble de ses grandes capacités, comme c’est d’ailleurs le cas pour les autres armées. Mais la flotte va, une nouvelle fois, être réduite, avec de sérieux risques de ne plus pouvoir assurer certaines missions, notamment dans le domaine de l’action de l’Etat en mer.

A l’horizon 2019, le Livre Blanc fixe à 15 le nombre de frégates de premier rang, contre 18 précédemment. Cette force est constituée des frégates de défense aérienne (FDA) Forbin et Chevalier Paul, des nouvelles frégates multi-missions (FREMM) et des frégates du type La Fayette (FLF) modernisées, au nombre de 5. L’abandon de 3 des 11 FREMM commandées à DCNS parait logique. Dans ce cas, la France ne conserverait que 8 exemplaires du type Aquitaine, bâtiments polyvalents capables de mettre en œuvre des missiles de croisière et dotés de puissantes capacités anti-sous-marine. Le 9ème sistership de l’Aquitaine serait abandonné, de même que les deux unités de la version de défense aérienne (FREDA). Pour limiter les conséquences de la perte des FREDA, deux FREMM pourraient voir leurs capacités antiaériennes renforcées.

 

La FREMM Aquitaine (© : MARINE NATIONALE)

La FREMM Aquitaine (© : MARINE NATIONALE)

 

Mais ce scénario n’est pas encore validé et une alternative existe : construire comme prévu les 11 FREMM et ne pas moderniser la totalité des La Fayette, opération coûteuse qui doit intervenir à partir de 2020, alors que la première « FLF » se

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française