Défense
Livre blanc : Les sous-marins sauvés et la flotte de surface prête à boire le bouillon ?

Actualité

Livre blanc : Les sous-marins sauvés et la flotte de surface prête à boire le bouillon ?

Défense

C'est le 17 juin que le président de la République présentera les conclusions du Livre Blanc sur la Défense. Bien qu'encore officiellement secret, le document et les décisions qui en découleront - ou l'inverse, commencent à être mieux cernés. Sauf surprise majeure, la marine ne sera pas épargnée par les coupes budgétaires, à l'exception visiblement de la dissuasion nucléaire. Selon plusieurs sources, les moyens de la Force Océanique Stratégique ne seraient pas modifiés, en droite ligne avec le discours prononcé en mars dernier, à Cherbourg, par le chef de l'Etat. La FOST disposera comme prévu de quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), tous devant être équipés au cours de la prochaine décennie du nouveau missile balistique M51. De même, le programme des sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) du type Barracuda ne semblerait pas en péril. La Rue Royale serait parvenue à convaincre de la nécessité de maintenir six bâtiments de ce type, à la fois pour remplir les missions qui leur sont dévolues, mais également pour des questions de pérennité de la FOST en matière de compétences. Avant d'embarquer sur SNLE, les sous-mariniers font en effet « leurs armes » sur SNA. Or, six bâtiments d'attaque semble le minium pour assurer ensuite un vivier nécessaire à l'armement des sous-marins stratégiques.
En revanche, si le nombre de SNA semble devoir être maintenu à terme, le rythme de production des Barracuda sera, peut être, ralenti. Alors que le contrat prévoit une livraison tous les deux ans à compter du second SNA, un « lissage » allant jusqu'à 36 mois aurait été étudié pour tenter de répartir dans le temps le coût du programme (7.9 milliards d'euros). L'hypothèse d'un tel ralentissement parait toutefois peu plausible, le dernier Barracuda arrivant alors vers 2032. L'âge de la Perle, dernier SNA de l'ancienne génération à être remplacé, atteindrait 39 ans. Pour mémoire, la durée de vie de ces sous-marins (type Rubis), initialement de 25 à 30 ans, a déjà été prolongée à 34 ans pour faire face au retard du

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française