Défense
Lockheed Martin et Daewoo s’allient sur le marché des corvettes

Actualité

Lockheed Martin et Daewoo s’allient sur le marché des corvettes

Défense

Le groupe américain Lockheed et le constructeur sud-coréen Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering ont signé le 25 avril, à Séoul, un accord de partenariat sur le Multi-mission Combat Ship (MCM), développé par DSME et qui vise le marché des corvettes, en particulier à l’export.  « Le design MCM de DSME combiné à l’expertise de Lockheed Martin dans l’intégration de systèmes permettra à l’équipe de proposer ce bâtiment sur le marché international à un prix abordable. Ensemble, nous apporteront non seulement la meilleure expérience, l’expertise et les ressources, mais aussi l’engagement à offrir aux marines alliées une corvette multi-missions répondant aux menaces futures », a déclaré Joe North, vice-président Littoral Ships and Systems. Du côté de Daewoo, on se félicite également de cet accord, présenté comme « stratégique » par Deog-Soo Kim. Au-delà du programme MCM, le vice-président du groupe coréen en charge de la division navale y voit aussi l’opportunité d’une alliance à long terme qui permettra de « faciliter les efforts conjoints des deux sociétés à explorer différentes possibilités à l’échelle mondiale ».

 

Joe North et Deog-Soo Kim à la signature de l'accord le 25 avril (© LOCKHEED MARTIN)

Joe North et Deog-Soo Kim à la signature de l'accord le 25 avril (© LOCKHEED MARTIN)

 

Des industriels qui savent travailler ensemble

Les industriels sud-coréens ont depuis longtemps l’habitude de travailler avec les grands groupes de Défense américains, fournisseurs principaux des matériels utilisés par l’armée de ce pays. C’est en particulier le cas dans le domaine naval, où les bâtiments mettent œuvre de nombreux équipements électroniques et de l’armement US, comme le système de défense aérienne Aegis, les missiles Harpoon, Sea Sparrow, SM-2 MR, ESSM, VLA, le RAM et le Goalkeeper, ou encore les torpilles Mk 32. Les derniers destroyers lance-missiles du type KDX 3 adoptent même un design clairement dérivé de celui des Arleigh Burke de l’US Navy.

 

Arleigh Burke américains encadrant un KDX 3 coréen (© US NAVY)

Arleigh Burke américains encadrant un KDX 3 coréen (© US NAVY)

 

La solution aux problèmes des deux pays à l'export ? 

En dehors de leur marché national, les chantiers sud-coréens peinent cependant à remporter des contrats à l’export. Si une première percée a été réalisée sur le segment des sous-marins en 2012 avec la vente à l’Indonésie par DSME d'unités du type 209/1400 de conception allemande, Séoul n’a enregistré aucun gros succès sur le marché international avec ses bâtiments de combat de surface.

Les Américains, de leurs côtés, rencontrent également un vrai problème à l’export, en particulier du fait que les coûts de production aux Etats-Unis sont très élevés et que leurs produits ne sont soit pas adaptés aux besoins d’éventuelles marines clientes, ou trop chers. Le cas du Littoral Combat Ship est flagrant, avec une plateforme qui ne peut, en termes de capacités et de coût, rivaliser avec les corvettes développées en Europe.

 

Les variantes de LCS proposées à l'export (© LOCKHEED MARTIN)

Les variantes de LCS proposées à l'export (© LOCKHEED MARTIN)

 

D’où cette alliance, cumulant les atouts d’une construction navale coréenne très compétitive aux performances des équipements américains. Une coopération qui pourra en outre bénéficier d’un précieux soutien politique des Etats-Unis dans de futures négociations et qui devrait logiquement se développer sur d’autres marchés que celui des seules corvettes.  De quoi faire potentiellement émerger un nouveau poids lourds de la navale militaire sur le marché international. 

Asie