Croisières et Voyages

Actualité

L’OMI favorable à l’anticipation des exercices d’abandon sur les paquebots

Suite à l’audit lancé après le naufrage du Concordia, le 13 janvier dernier, les associations regroupant la plupart des compagnies de croisière ont annoncé, ces derniers mois, la mise en place de nombreuses mesures afin d’améliorer la sécurité sur les paquebots. L’une d’elle, visant à organiser les exercices d’abandon avant l’appareillage des navires, a fait son chemin au sein de l’Organisation Maritime Internationale, avec laquelle travaillent étroitement les organisations professionnelles. Le comité de sécurité maritime (MSC) de l’OMI s’est, ainsi, prononcé pour que la participation à un exercice de ce type, obligatoire pour chaque passager en début de croisière, soit légalement imposée avant ou juste après l’appareillage. Aujourd'hui, le « drill » doit, en effet, être organisé selon la règlementation dans les 24 heures suivant le départ du navire. Mais le naufrage du Concordia, qui avait embarqué le jour même plusieurs centaines de passagers n’ayant pas encore suivi cet exercice au moment de l’accident, a démontré qu’il fallait anticiper la procédure. C’est pourquoi l’Association internationale des compagnies de croisière (CLIA) et le Conseil européen de la croisière (ECC), qui regroupent la grande majorité des opérateurs du secteur, ont volontairement annoncé,  dès le mois de février, que leurs membres effectueraient désormais les exercices d’abandon avant l’appareillage (allant donc un peu plus loin que ce que propose le MSC, qui laisserait une latitude pour organiser l’exercice « juste après » le départ). Une mesure qui pourrait donc être inscrite dans la règlementation internationale, et s’appliquerait alors à toutes les compagnies, si l’OMI valide l’amendement proposé par son comité de sécurité. Le nouveau texte devrait être présenté pour adoption en juin 2013, lors de la prochaine réunion du MSC, en vue d’une entrée en vigueur l’année suivante.  Il serait intégré au chapitre III de la convention SOLAS sur la sauvegarde de la vie humaine en mer.

Pour mémoire, la CLIA et l’ECC ont déjà  adopté, avec leurs membres, de nombreuses autres mesures destinées à renforcer la sécurité sur les paquebots. C’est le cas, par exemple, de la remise à plat et de l’homogénéisation de certaines procédures, d’une meilleure communication des informations relatives à la sécurité, de l’embarquement d’un nombre plus important de gilets de sauvetage près des points d’évacuation, ou encore de restrictions d’accès aux passerelles des navires.

Croisière - Informations générales