Défense

Actualité

Londres confirme l’achat de P-8A Poseidon

Défense

La Royal Navy et en particulier ses sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, va enfin recouvrer l’indispensable couverture offerte par des avions de patrouille maritime. Le gouvernement britannique a, en effet, confirmé le projet d’acquisition de 9 P-8A Poseidon, appareil conçu par le groupe américain Boeing. Comme les Nimrod autrefois, les nouveaux avions seront opérés par la Royal Air Force. Le premier devrait être opérationnel sur la base aérienne de Lossiemouth, en Ecosse, à partir de 2020. Le ministère britannique de la défense estime que ce programme coûtera 3 milliards de livres (3.6 milliards d'euros) sur la prochaine décennie, en incluant l’achat des avions, l’adaptation des infrastructures de Lossiemouth et les 400 personnels supplémentaires nécessaires à la mise en œuvre et au soutien des 9 Poseidon britanniques.

 

P-8A Poseidon (© US NAVY)

 

Pour mémoire, le Royaume-Uni ne dispose plus de capacité de patrouille maritime depuis 2010. Cette année-là, Londres avait décidé d’abandonner la modernisation des vieux Nimrod, finalement retirés du service. Lancé en 1996, le programme Nimrod MRA-4 avait pris beaucoup de retard et vu son coût augmenter significativement, la facture étant évaluée à plus de 3.5 milliards d'euros pour une douzaine d'avions. Cette économie, certes importante, s’était néanmoins rapidement révélée problématique d’un point de vue opérationnel. Car les SNLE de la Royal Navy basés à Faslane, en Ecosse, ne bénéficient plus de la protection de ces appareils, chargés notamment de détecter des sous-marins étrangers au large des côtes britanniques et de s’assurer qu’aucun bâtiment de ce type ne rôde au large de Faslane.

 

Nimrod (© RAF)

 

Or, avec le regain d’activité de la marine russe, dont les sous-marins sont de plus en plus actifs au large des côtes européennes, l’absence de patrouille maritime britannique est rapidement apparue comme pouvant fragiliser la crédibilité de la force de dissuasion du pays. Au point d’ailleurs que la France a apparemment, à plusieurs reprise, mis à disposition de son allié britannique des Atlantique 2 de la Marine nationale.

En plus de la nécessité de renforcer la protection des SNLE de la Royal Navy, celle-ci va également avoir besoin d’avions de patrouille maritime pour protéger et éclairer son groupe aéronaval, reconstitué dans les prochaines années avec la mise en service des nouveaux porte-avions HMS Queen Elizabeth et HMS Prince of Wales.

Un temps, il avait été imaginé que le Royaume-Uni puisse intégrer le programme de rénovation des Atlantique 2 français mais cette solution n’a pas vu le jour, ce qui est probablement mieux pour l’aéronautique navale tricolore compte tenu du faible nombre de cellules disponibles et du fait que la modernisation de 15 ATL2 ne sera vraisemblablement pas suffisante.

Londres s’est donc tourné vers les Etats-Unis et leur nouvel avion de patrouille maritime, développé pour les besoins de l’US Navy et également vendu à la marine indienne.

 

P-8A Poseidon (© US NAVY)

 

Destiné à remplacer la flotte de P-3C Orion, le programme Poseidon a été lancé en 2004. Conçu à partir de l’avion de ligne 737-800 de Boeing, le P-8A mesure 38.56 mètres de long pour 38.8 mètres d’envergure, sa masse maximale au décollage étant de 83.5 tonnes. Il peut assurer des missions de lutte antinavire et anti-sous-marine, ainsi que la surveillance et le contrôle de grands espaces maritimes. Armé par un équipage de 9 hommes, le nouveau biréacteur de la marine américaine est conçu pour la mise en oeuvre de missiles Harpoon et SLAM-ER, ainsi que de torpilles Mk50 et Mk54. Il est également prévu pour opérer avec les nouveaux drones aériens MQ-4C Triton. 

 

Royal Navy