Marine Marchande
L'ONU adopte une nouvelle résolution pour lutter contre la piraterie

Actualité

L'ONU adopte une nouvelle résolution pour lutter contre la piraterie

Marine Marchande

Le Conseil de sécurité de des Nations Unies a adopté, mardi, une nouvelle résolution destinée à lutter contre la piraterie au large de la Somalie. Le texte, proposé par la France, demande à tous les Etats de « participer activement à la lutte contre la piraterie visant des navires se trouvant en haute mer au large des côtes somaliennes, en particulier en y déployant des navires de guerre ou des aéronefs militaires, conformément au droit international ». Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, a appelé à trouver une solution pour en finir avec ce « fléau ». Au large de la corne d'Afrique, les attaques se sont multipliées ces derniers mois (une soixantaine depuis le début de l'année). Opérant à partir de villages côtiers somaliens ou au large grâce à des « bateaux mères » mettant à l'eau des embarcations rapides, les pirates interviennent désormais très loin. Ainsi, le thonnier français Drennec a été surpris, le mois dernier, à plus de 700 kilomètres des côtes somaliennes. Le golfe d'Aden, reliant l'océan Indien à la mer Rouge, reste néanmoins le théâtre principal des attaques. Voie de communication vitale pour le commerce mondial, ce golfe voit transiter chaque année des dizaines de milliers de navires marchands, à commencer par les pétroliers, vraquiers et porte-conteneurs ravitaillant l'Europe depuis le golfe Persique ou l'Asie. « Avec des pirates de plus en plus puissamment équipés, organisés et agissant loin de leurs bases. La piraterie est une menace majeure dans ce golfe, qui est un des principaux noeuds de communication du monde. C'est notamment le point de passage obligé pour les tankers sortant du golfe persique et rejoignant la mer rouge », rappelle la Marine nationale, dont les unités présentes en océan Indien sont intervenues à plusieurs reprises, récemment, dans des affaires de piraterie (Ponant, Carré d'As). Ses bâtiments déployés dans le secteur assurent en outre la protection des navires français transitant dans le golfe d'Aden. Les armateurs, qui n'ont cessé ces dernières années d'alerter les pouvoirs publics sur ce problème, se félicitent aujourd'hui de l'adoption d'une nouvelle résolution, portée par Paris. Armateurs de France « salue la détermination de la France à avancer sur ce dossier au niveau international comme européen. Il est important de poursuivre les efforts afin d'assurer la bonne application de la résolution et la clarification des règles de droit en matière d'appréhension et de jugement des pirates ».
Alors qu'une cellule européenne de coordination pour lutter contre la piraterie a été créée en septembre, dix pays européens se sont dits prêts, la semaine dernière, à participer à l'envoi d'une force aéronavale dans cette zone au cours des prochains moins.

Piraterie