Défense
Lorient : La construction de la frégate Normandie débute

Actualité

Lorient : La construction de la frégate Normandie débute

Défense

C'est aujourd'hui, sur le site DCNS de Lorient, que sera découpée la première tôle de la Normandie. Il s'agit de la seconde unité française du programme des Frégates Européennes Multi-Missions (FREMM). La tête de série, l'Aquitaine, a été mise sur cale en décembre 2007 pour une livraison en 2012. Quant au second bâtiment dont la construction a été entreprise cette année à Lorient, il est destiné au Maroc et devrait être livré en 2013, soit l'année précédent la mise en service de la Normandie.
A l'occasion du lancement de la phase de réalisation de la seconde FREMM française, Hervé Morin devrait annoncer la commande de trois frégates supplémentaires, en plus des 8 déjà notifiées fin 2005. On en saura peut être aussi plus sur la cadence de production des navires destinés à la Marine nationale. Le ministère de la Défense et les industriels impliqués dans le programme FREMM se sont, en effet, mis d'accord cet été sur le nouveau rythme du programme. Lorsque celui-ci a été réduit de 17 à seulement 11 unités (dont la frégate ASM et les deux frégates en version antiaérienne restant à commander), DCNS craignait que la cadence de production passe d'un navire tous les 7 mois (comme prévu initialement) à un bâtiment tous les 12 mois, voire plus. Or, le programme avait été imaginé pour obtenir un coût unitaire très compétitif grâce à l'effet de série et la rapidité de construction.

 Vue d'une FREMM   (© : DCNS)
Vue d'une FREMM (© : DCNS)

Finalement, l'Etat et les industriels ont trouvé un compromis et, après la mise au point du prototype (Aquitaine), il ne devrait s'écouler qu'une dizaine de mois entre la livraison de chaque bateau. Un avenant au contrat notifié en 2005 aurait été signé en ce sens. Outre la cadence, il devrait comprendre les nouveaux tarifs pratiqués par les industriels.
Pour mémoire, 9 frégates en version anti-sous-marines doivent être réalisées pour remplacer les F67 (Tourville) et F70 ASM (Georges Leygues) ; deux autres bâtiments de défense aérienne (FREDA) étant prévus pour succéder aux Cassard et Jean Bart (F70 AA).
Longues de 142 mètres pour un déplacement de 6000 tonnes en charge, les FREMM (ASM) embarqueront 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3, 16 missiles de croisière Scalp Naval, 16 missiles surface-air Aster 15, une tourelle de 76 mm, de l'artillerie légère, 4 tubes lance-torpilles (19 MU90) et un hélicoptère NH90.
Directement dérivée, la version FREDA disposera de missiles Aster 30, d'un radar multifonctions Herakles plus puissant et d'un système de combat adapté aux missions de défense aérienne. La dernière des 11 frégates du programme devrait être livrée en 2022.

Naval Group (ex-DCNS) Marine nationale